Les textes de ce site légitimiste n’engagent pas la personne de Louis XX

Vive le Roy
Unir les peuples de France dans l’amour du Roi

Terreur

info dans groupe Politique

info articles lies mot

La terreur cherche à « stabiliser » les hommes en vue de libérer les forces de la Nature ou de l’Histoire. C’est ce mouvement qui distingue dans le genre humain les ennemis contre lesquels libre cours est donné à la terreur ; et aucun acte libre, qu’il soit d’hostilité ou de sympathie, ne peut être toléré, qui viendrait faire obstacle à l’élimination de l’« ennemi objectif » de l’Histoire ou de la Nature, de la classe ou de la race.

Culpabilité et innocence deviennent des notions dépourvues de sens : « coupable » est celui qui fait obstacle au progrès naturel ou historique, par quoi condamnation a été portée des « races inférieures », des individus « inaptes à vivre », des « classes agonisantes et des peuples décadents ».

La terreur exécute ces jugements, et devant son tribunal, toutes les parties en cause sont subjectivement innocentes : les victimes parce qu’elles n’ont rien fait contre ce système, et les meurtriers parce qu’ils n’ont pas vraiment commis de meurtre mais ont exécuté une sentence de mort prononcée par une instance supérieure.

Les dirigeants eux-mêmes ne prétendent pas être justes ou sages, mais seulement exécuter les lois historiques ou naturelles ; ils n’appliquent pas des lois, mais réalisent un mouvement conformément à la loi qui lui est inhérente. La terreur est légalité si la loi du mouvement est une force surhumaine, la Nature ou l’Histoire.

Hannah ARENDT, Le Système totalitaire, ch. IV.

Il y aurait à écrire, de ce point de vue, une histoire de la gauche intellectuelle française par rapport à la révolution soviétique, pour montrer que le phénomène stalinien s’y est enraciné dans une tradition jacobine simplement déplacée (la double idée d’un commencement de l’histoire et d’une nation-pilote a été réinvestie sur le phénomène soviétique) ; et que, pendant une longue période, qui est loin d’être close, la notion de déviation par rapport à une origine restée pure a permis de sauver la valeur suréminente de l’idée de Révolution. C’est ce double verrouillage qui a commencé à sauter : d’abord parce qu’en devenant la référence historique fondamentale de l’expérience soviétique, l’œuvre de Soljenitsyne a posé partout la question du Goulag au plus profond du dessein révolutionnaire ; il est alors inévitable que l’exemple russe revienne frapper comme un boomerang son « origine » française. En 1920, Mathiez justifiait la violence bolchevique par le précédent français, au nom de circonstances comparables. Aujourd’hui, le Goulag conduit à repenser la Terreur, en vertu d’une identité dans le projet. Les deux révolutions restent liées ; mais il y a un demi-siècle, elles étaient systématiquement absoutes dans l’excuse tirée des « circonstances », c’est-à-dire de phénomènes extérieurs et étrangers à leur nature. Aujourd’hui, elles sont accusées au contraire d’être consubstantiellement des systèmes de contrainte méticuleuse sur les corps et sur les esprits. Le privilège exorbitant de l’idée de révolution, qui consistait à être hors d’atteinte de toute critique interne, est donc en train de perdre sa valeur d’évidence. (p. 28,29)

[…] Toutes les situations d’extrême péril national ne portent pas les peuples à la Terreur révolutionnaire. Et si cette Terreur révolutionnaire, dans la France de la guerre contre les rois, a toujours ce péril comme justification elle-même, elle s’exerce, en fait, indépendamment de la situation militaire : les massacres « sauvages » de septembre 1792 ont lieu après la prise de Longwy, mais la « grande Terreur » gouvernementale et robespierriste du printemps 94 coupe ses têtes alors que la situation militaire est redressée. Le vrai est que la Terreur fait partie de l’idéologie révolutionnaire, et que celle-ci, constitutive de l’action et de la politique de cette époque, surinvestit le sens des « circonstances » qu’elle contribue largement à faire naître. (p. 105)

François FURET, Penser la Révolution française, Foliohistoire, Paris, 1978.

Articles

De la politique génocidaire de la 1re République française, par Gracchus BABEUF (1760-1797)

samedi 26 septembre 2009 par MabBlavet

Discours sur la Révolution, par Alexandre Soljenitsyne aux Lucs-sur-Boulogne (1993)

dimanche 28 mars 2010 par MabBlavet

Du silence des démocraties sur les camps de concentration soviétiques

lundi 26 janvier 2009 par Valancony

L’histoire comme enjeu politique

mardi 24 juin 2008 par Valancony

La prise de la Bastille le 14 Juillet 1789, par Frantz FUNCK-BRENTANO

samedi 26 février 2011 par MabBlavet

Le 10 aout 1792 par Georges de CADOUDAL (1823-1885)

jeudi 19 juin 2008 par MabBlavet

Le gouvernement révolutionnaire des sociétés de pensée, par Augustin COCHIN

lundi 30 mars 2009 par Faoudel

Le massacre des Suisses au 10 aout 1792

lundi 16 juin 2008 par Valancony

Les massacres de septembre, par Georges de CADOUDAL (1874)

dimanche 14 mars 2010 par DSLRDF

Les tanneries de peau humaine sous la Révolution Française

vendredi 3 juillet 2015 par Mauny

LYON, ville martyre de la 1re République, par Louis-Marie PRUDHOMME (1797)

dimanche 12 juin 2011 par Mauny

Origines idéologiques du génocide vendéen, par Gracchus BABEUF (1760-1797)

dimanche 13 mars 2016 par MabBlavet

TOULON sous la Convention, par Louis-Marie PRUDHOMME (1797)

samedi 24 mars 2012 par Mauny

Mots-clés dans le même groupe

Autres groupes de mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | |