Les textes de ce site légitimiste n’engagent pas la personne de Louis XX

Vive le Roy
Unir les peuples de France dans l’amour du Roi
Accueil > FRANCAIS > Bibliothèque > Lectures > Lectures

Lectures

Recension de quelques ouvrages.

Articles de cette rubrique


Oraison funèbre de Louis XVI, Saint-Denis, jeudi 21 janvier 2016 (Lectures)

Tantus labor non sit cassus
jeudi 21 janvier 2016
Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il. À mesure que l’ancien fatalisme perdait de sa force, on pensa que les grands malheurs ont pour cause le libre choix des individus. Et, certes, à regarder ce que la raison, l’expérience et la Révélation enseignent, là est bien la vérité. (...)


Déclaration de Louis XX du jeudi 12 juin 2014 (Lectures)

Retrouver l’espérance avec la tradition royale
samedi 14 juin 2014

« Les rois ont l’avantage de pouvoir symboliser leur pays, à travers toutes ses diversités et chacun peut s’y rattacher comme dans une famille tous les membres partagent les mêmes ancêtres.

Mon devoir est donc de maintenir la flamme de l’espoir. Mais j’ai besoin, autour de moi, de personnes qui s’engagent, de jeunes et de moins jeunes qui ne soient pas des nostalgiques, mais qui aient envie de changer la société pour la faire progresser. C’est tous ensemble que nous réussirons. »



Un poème naturaliste : La découverte, de Charles MAURRAS (Lectures)

Ou l’explication de la vie par un Moderne
dimanche 6 octobre 2013 par Faoudel

Ce joli poème du jeune Maurras décrit la vie humaine comparée à un souffle. Il en explique l’origine, le mode de transmission et la signification. Notre commentaire pourra sembler partial, il est cependant conforme à la pensée que le maître de l’Action Française a développée tout au long de son œuvre et que nous avons déjà résumée dans l’article Charles MAURRAS entre Positivisme, Empirisme organisateur et Nationalisme. À charge aux contradicteurs de trouver une explication de texte autre que le simple goût de l’esthétique, tant il est vrai que cet amoureux des mots est réputé pour la précision de son langage.



Le Régent, la Robe et le commis-greffier, par Isabelle BRANCOURT (Lectures)

Introduction à l’édition intégrale du Journal du Parlement de Pontoise, en 1720
dimanche 28 avril 2013 par La Légitimité

Le document transcrit dans ce livre est le manuscrit autographe du Journal tenu par un commis du greffe du Parlement de Paris pendant l’été 1720. Haut en couleur, pittoresque, tragique dans sa simplicité, mais irrésistiblement comique dans ses détails, ce témoignage journalistique constitue une incomparable photographie de la vie et des préoccupations des Français de ce début du XVIIIe siècle.



Libres propos d’un fils de la modernité : Adolf HITLER (Lectures)

Échantillon d’une pensée révolutionnaire
dimanche 26 septembre 2010 par Faoudel

Ces citations de Hitler révèlent un homme aux préoccupations très modernes : vivre en communion avec la nature, prêcher la tolérance religieuse, faire triompher la “raison” sur un christianisme maudit, “libérer” l’homme des autorités traditionnelles par la révolution. Moderne, l’abandon de l’institution politique pour le mythe de l’élection du meilleur, de l’homme providentiel qui apportera le salut au pays. Moderne, ce subjectivisme irresponsable d’une raison humaine autonome, débarrassée de toute transcendance : "je puis me tromper, mais je suis de bonne foi" ; même si l’erreur coûte quelques millions de vies. Faut-il s’en étonner ? Par essence révolutionnaire, l’idéologie conduit toujours aux mêmes effets : le “Führer” est bien le digne continuateur des grands ancêtres de 1789 dont il revendique l’héritage.



Nazisme et occultisme : la thèse de Goodrick-Clarke (Lectures)

D’Héléna Blavatsky à Hitler
dimanche 28 juin 2009 par Lozachmeur

Avec la Modernité non seulement l’imagination s’affranchit du réel, mais plus encore, elle tente de le soumettre : le volontarisme se substitue à la raison. Les utopies ― souvent imaginées par quelques “initiés” ― trouvent désormais un écho favorable dans les sociétés de pensée (Loges, partis,…) qui les propagent. Ainsi se développent les idéologies (libéralisme, nationalisme, socialisme), dont la pleine réalisation aboutit à des régimes inédits et monstrueux : les totalitarismes. Dans sa thèse de doctorat soutenue à Oxford, Goodrick-Clarke s’attache à établir la genèse de l’un de ces régimes : le national socialisme.



Du silence des démocraties sur les camps de concentration soviétiques (Lectures)

« goulag, une histoire » de Anne Applebaum
lundi 26 janvier 2009 par Valancony

Pourquoi le silence des démocrates ― d’ordinaire si soucieux de leurs Droits de l’Homme ― pèse-t-il encore sur l’univers concentrationnaire communiste ? Pourquoi toute la presse “bien pensante” fait-elle les yeux doux à un Besancenot, disciple de Trotsky, l’artisan de l’épouvantable système de répression soviétique ? Ne serait-ce point en raison d’une filiation commune à la Révolution française, à sa haine de l’autorité, à sa croyance aux artificielles Liberté et Égalité des Lumières ? En effet les libéraux, en insistant plus sur la liberté favorisent, de fait, l’oppression des faibles par les forts. De quoi les complexer vis-à-vis de leurs « cousins » communistes qui, eux, imposent une certaine égalité, mais au prix de terrifiantes contraintes sociales.



Aristote au Mont-Saint-Michel de Sylvain Gouguenheim (Lectures)

Le livre de M.Gouguenheim et l’enseignement de l’église
lundi 1er décembre 2008 par Brekilien

Comment la pensée grecque a-t-elle intégré l’Occident chrétien ? L’émancipation de la société moderne par rapport à l’héritage aristotélicien constitue-t-elle une étape naturelle de son évolution ? Il nous a paru intéressant de mettre en parallèle l’ouvrage de M.Gouguenheim et l’enseignement traditionnel du Pape Benoît XVI.



Recension : Le père de famille, livre du Père Jean-Dominique O.P. (Lectures)

Du rôle de l’autorité paternelle dans l’éducation
jeudi 5 juin 2008 par Faoudel

L’autorité paternelle est la première autorité à laquelle le petit d’homme est confronté. Selon l’attitude du père, il apprendra à l’aimer, à la détester ou à l’ignorer. La paternité est donc déterminante dans la façon dont les futurs adultes percevront l’autorité et en particulier celle de la société politique, l’autorité du roi cet autre père.



Accueil | Contact | Plan du site | |