Les textes de ce site légitimiste n’engagent pas la personne de Louis XX

Vive le Roy
Unir les peuples de France dans l’amour du Roi
Accueil > FRANCAIS > Action > Lettres aux légitimistes catholiques > Lettres aux légitimistes catholiques

Lettres aux légitimistes catholiques

La loi de catholicité est une des lois fondamentales du Royaume, elle impose au roi d’embrasser la religion catholique et de défendre l’Église, mais cela ne signifie pas que tous les sujets doivent se faire catholiques.

Ainsi a-t-il toujours existé chez les Légitimistes un courant protestant ; de même trouve-t-on maintenant dans nos rangs des orthodoxes, des musulmans et même des athées.

Ce qui fédère tous ces légitimistes est la reconnaissance des Lois Fondamentales du Royaume (incluant la loi de catholicité) comme source de l’unité et de l’identité de notre pays. Autrement dit : notre unité repose sur le droit naturel dont les Lois Fondamentales du Royaume sont une expression.

Cependant la richesse et la compréhension de la pensée légitimiste ne peuvent être pleinement accessibles qu’aux catholiques ; encore faut-il que ceux-ci en aient pris conscience.
C’est l’objet de cette rubrique.

Articles de cette rubrique


Autorité et Pouvoir chez les classiques et les modernes (Lettres aux légitimistes catholiques)

La forme du régime politique est-elle neutre ?
samedi 4 avril 2015 par Faoudel

La république moderne légitime son pouvoir par son caractère rationnel, voire scientifique, et lui oppose l’irrationalité d’une monarchie traditionnelle légitimée par le droit divin. Que faut-il comprendre par « rationalité du pouvoir » dans la république ? Qu’est ce que cette autorité que revendique la monarchie traditionnelle ? il y a deux siècles tous les peuples vivaient sous des monarchies traditionnelles, comment expliquer alors l’expansion mondiale et apparemment inexorable des régimes républicains démocratiques ou autocratiques (présidents à vie) ? Y aurait-il une affinité entre la modernité et la république ?



Un mondialiste inattendu : Louis VEUILLOT (1813-1883) (Lettres aux légitimistes catholiques)

ou l’illusion du « parti catholique »
dimanche 19 janvier 2014 par L.Gedeon

Presque 130 ans après sa disparition, Louis Veuillot laisse le souvenir d’un grand défenseur de la Foi dont l’anti-libéralisme est resté proverbial, et pourtant... Négligeant l’ordre naturel et la question essentielle de l’institution politique, il se contente de promouvoir un groupe de pression : le parti catholique. Persuadé que la société reste à inventer, il s’enthousiasme pour la dernière utopie ou pour le dernier homme fort en qui il reconnaît, à chaque fois, l’homme providentiel qui va enfin instaurer la vraie chrétienté. Cette schizophrénie du réalisme religieux et de l’idéalisme politique en fait l’archétype d’un libéralisme pratique grand pourvoyeur d’apostasies.



Interview de Louis XX par le Mouvement Catholique des Familles (Lettres aux légitimistes catholiques)

Les enfants ont besoin d’un père et d’une mère
dimanche 22 décembre 2013 par VLR

Le Prince Louis a accordé récemment un entretien au Mouvement Catholique des Familles. Au sujet de la loi Taubira, le successeur légitime des rois de France rappelle cette évidence ancrée dans la loi naturelle : « les enfants ont besoin d’un père et d’une mère. C’est incontournable. Pourquoi légaliser un système qui produit l’absence, le manque de l’un des deux ? Le deuil d’un des parents. » Nous remercions le MCF de nous permettre de reprendre cette interview tant il est vrai que le combat de ce mouvement et le combat légitimiste présentent un même souci de réaliser l’unité dans la connaissance du réel. Nous partageons aussi cette certitude que le rétablissement d’une société traditionnelle ne peut se concevoir que par la prière, la reconquête intellectuelle et le combat culturel.



Réprobation pontificale des prétendues révélations de Claire FERCHAUD à Loublande (Lettres aux légitimistes catholiques)

Le décret du 12 mars 1920
dimanche 3 novembre 2013 par MabBlavet

Au début du XXe siècle, Claire Ferchaud prétend que Jésus-Christ demande au Président de la République d’apposer le Sacré-Cœur sur le drapeau tricolore pour sauver la France et la faire triompher de ses ennemis. D’illustres voix du catholicisme s’émeuvent de ces « chimères » à relent millénariste comme les dénonce le très traditionaliste cardinal Billot. Pourtant l’engouement pour la voyante de Loublande et ses messages prend de l’ampleur. L’Église a toujours défendu les fidèles contre les faux-prophètes, les illuminés et leurs doctrines, parasites ou cancers de la vraie foi. Aussi le Saint-Siège publie en 1920 une réprobation des « faits de Loublande » que l’on trouve dans les Acta Apostolicae Sedis. Cependant, pour le national-catholicisme — qui néglige ou minimise la portée du décret pontifical —, Claire Ferchaud et son drapeau demeurent des icônes.



Le combat légitimiste (Lettres aux légitimistes catholiques)

Gouvernement par autorité contre gouvernement par opinion
jeudi 29 août 2013 par Faoudel

Bien peu ont conscience de l’extrême fragilité des fondements théoriques des sociétés révolutionnaires et si ces constructions artificielles semblent pourtant triompher sur toute la planète, c’est que jusqu’ici, elles ont réussi à fuir ou à étouffer le débat théorique où elles se savent vulnérables. En effet, pour détourner les hommes des questions essentielles de la loi naturelle, de la légitimité, de l’autorité, du droit divin, d’une part on les enivre par un flux continu d’informations futiles qui font écran à la réalité, et d’autre part on ne leur propose qu’un modèle d’action politique s’adressant aux passions avec des techniques de manipulation bien rodées. C’est donc sur le terrain efficace du débat théorique sur le fondement des sociétés que les légitimistes portent le combat politique et remporteront la victoire.



Le mythe de la « bonne république » chez les catholiques (Lettres aux légitimistes catholiques)

Le parlementarisme : voilà l’ennemi
vendredi 2 novembre 2012 par Faoudel, L.Gedeon

Deux cents ans de Révolution ont réduit les catholiques à l’état de réactionnaires. Chaque nouvelle loi inique les met en campagne pour alerter l’opinion et tenter de faire pression sur le gouvernement. Comme toujours la loi est votée, et la fièvre activiste retombée, ils replongent dans un attentisme providentialiste et défaitiste d’où ils ne sortent que pour voter pour le moindre mal (...) en attendant le prochain coup de l’ennemi. Plutôt que de s’acharner à combattre les symptômes (les mauvaises lois républicaines), pourquoi ne pas reconnaître enfin l’effet corrupteur de ces assemblées délibérantes qui font de l’opinion de la majorité, l’expression de la vérité ? Au lieu de subir les attaques, ne vaut-il pas mieux en reprendre l’initiative avec nos principes (la loi naturelle et l’autorité) et nos armes (la Grâce divine et la raison) pour restaurer des institutions traditionnelles ?



Charles MAURRAS entre Positivisme, Empirisme organisateur et Nationalisme (Lettres aux légitimistes catholiques)

Comment instrumentaliser les catholiques
dimanche 1er janvier 2012 par Faoudel, Savéan

Dans le monde royaliste on présente volontiers Maurras comme le restaurateur des principes monarchiques sur des bases rationnelles. Dans le monde catholique on fait de ce penseur agnostique un champion du droit naturel qui a défendu l’Église, de l’extérieur contre les attaques républicaines, et de l’intérieur contre le catholicisme libéral. Or, sur les plans politique et religieux, le Maître de l’Action Française revendique sa filiation à plusieurs philosophies et doctrines dont le Positivisme, l’Empirisme organisateur et le Nationalisme. Nous analyserons ici les fondements du modèle monarchique maurrassien ainsi que sa pertinence en tant que solution alternative à la monarchie traditionnelle de droit divin.



Le toast d’Alger du cardinal Lavigerie en 1890 (Lettres aux légitimistes catholiques)

Sur le Ralliement de l’Eglise à la République
samedi 26 mars 2011 par Valancony

Afin de préparer les esprits à sa politique de Ralliement de l’Église à la République, le pape Léon XIII charge le cardinal Lavigerie d’une déclaration fracassante. En effet, outrepassant le domaine imparti à son autorité spirituelle, le Pape s’apprête à promulguer l’Encyclique Au milieu des sollicitudes (1892) qui contraint les catholiques à accepter la République athée et persécutrice. Or le Seigneur nous a donné un critère infaillible pour évaluer une politique : "vous jugerez l’arbre à ses fruits". Plus d’un siècle s’est écoulé et le bilan est désastreux : non seulement la République n’est pas baptisée, mais l’apostasie est générale et les catholiques ultra-minoritaires. En cela, le Ralliement de 1892 préfigure cet autre ralliement de l’Église à l’esprit du monde, le tout aussi calamiteux Concile Vatican II.



Garcia Moreno (1821-1875) ou l’inexpérience politique (Lettres aux légitimistes catholiques)

Du suicide démocratique des sociétés chrétiennes
lundi 14 septembre 2009 par Surville

Depuis l’arrivée de la Révolution et la chute des monarchies chrétiennes, les catholiques cherchent désespérément un régime politique qui leur convienne. Sans pouvoir l’expliquer, il semble qu’ils aient décidé eux aussi de tourner le dos à l’expérience. Voguant vers l’utopie, ils scrutent l’histoire à la recherche d’un régime catholique. Qu’importe sa durée, son échec, son établissement. Il a existé, voilà tout. Ils nous présentent parfois l’un de ces rares régimes dont aucun n’a pu dépasser la cinquantaine, et tout frémissant d’admiration nous assènent : « voilà la civilisation chrétienne ! »



Allégorie sur la bataille (Lettres aux légitimistes catholiques)

De la manière de combattre
samedi 31 mai 2008 par Vignerte

S’il est essentiel de bien identifier l’enjeu du combat, il ne faut pas pour autant négliger la manière de combattre. Combien sont tombés, ont trahi ou déserté pour l’avoir oublié.



Accueil | Contact | Plan du site | |