Les textes de ce site légitimiste n’engagent pas la personne de Louis XX

Vive le Roy
Unir les peuples de France dans l’amour du Roi
Accueil > Référentiel > Référentiel

Référentiel

Politique, sociologie, histoire, philosophie… un recueil de textes incontournables utiles au combat royaliste.

Articles de cette rubrique


Discours sur la Révolution, par Alexandre Soljenitsyne aux Lucs-sur-Boulogne (1993) (Référentiel)

La Révolution, malheur des peuples
mercredi 19 décembre 2018 par MabBlavet

En 1978 le grand historien François Furet écrivait déjà : « l’œuvre de Soljenitsyne a posé partout la question du Goulag au plus profond du dessein révolutionnaire ; il est inévitable que l’exemple russe vienne frapper comme un boomerang son « origine » française […] Aujourd’hui le Goulag conduit à repenser la Terreur, en vertu d’une identité dans le projet. Les deux révolutions restent liées. »* C’est donc naturellement qu’en 1993 Soljenitsyne préside l’inauguration du Mémorial de Vendée, sur les lieux même d’un Oradour-sur-Glane jacobin, pour y rappeler la filiation directe des totalitarismes du XXe siècle avec la 1re République populicide.



Introduction à la légitimité (Référentiel)

Pour bien commencer
lundi 23 juillet 2018 par VLR

Il existe déjà plusieurs supports pour commencer avec la pensée légitimiste, et Viveleroy publie depuis de nombreuses années les Cahiers de l’Université Saint-Louis. La demande d’un ouvrage de base se faisant de plus en plus pressante, nous éditons aujourd’hui en ligne Introduction à la légitimité. Il s’agit d’un recueil d’articles éprouvés qui permettent de dresser un panorama des connaissances actuelles tout en restant accessible au néophyte. Il pourra aussi servir de support de travail aux Cellules d’étude royalistes.



La prise de la Bastille le 14 Juillet 1789, par Frantz FUNCK-BRENTANO (Référentiel)

Des faits jusqu’au mythe
samedi 14 juillet 2018 par MabBlavet

Les malheurs viennent souvent d’une autorité faible qui n’ose pas s’imposer pour établir la justice. Or les crimes impunis enhardissent les voyous qui terrorisent la population et finissent par régner en maîtres ; ainsi Louis XVI laissa-t-il s’installer l’anarchie dans son Royaume. Brentano revient ici sur ces circonstances qui ont conduit au 14 juillet. « On a dit que la Bastille avait été prise par le peuple de Paris. Le nombre des assiégeants s’éleva à un millier tout au plus, parmi lesquels, comme l’a déjà fait observer Marat, beaucoup de provinciaux et d’étrangers. Quant aux Parisiens, ils étaient, comme toujours, venus en assez grand nombre voir ce qui se passait. »



LYON, ville martyre de la 1re République, par Louis-Marie PRUDHOMME (1797) (Référentiel)

La terreur comme instrument de pouvoir
mardi 1er mai 2018 par Mauny

Le texte suivant montre que le journaliste Louis-Marie Prudhomme (1752-1830) n’est pas vraiment royaliste, mais il donne une idée des massacres commis à Lyon par la Convention pendant la Terreur en 1794. Pour asseoir sa domination, le premier soin du pouvoir révolutionnaire est d’établir ou de consolider des sociétés de pensée (ou Clubs) constitués de ratés, d’aigris et de marginaux. Ce sont ces mêmes personnages qui, plus tard dans les Tribunaux révolutionnaires, décideront qui doit mourir, imagineront les supplices et exécuteront les condamnés. L’héroïque résistance des Lyonnais se solde, selon Prudhomme, par plus de trente mille victimes de tout sexe, de tout âge et de toutes conditions.



Qu’est-ce que la monarchie ? par Guy Augé (1992) (Référentiel)

La monarchie dans la tradition politique occidentale
dimanche 15 avril 2018 par ISH

Quelle est la situation de la monarchie dans la philosophie politique ? Quel est le modèle historique de la monarchie française ? et enfin, quel est son héritage ? Telles sont les questions abordées par Guy Augé dans cette remarquable synthèse.



Nature et propriétés de l’autorité royale, par Bossuet (Référentiel)

Politique tirée de l’Écriture Sainte (Livre III)
vendredi 5 janvier 2018 par MabBlavet

La politique tirée de l’Écriture sainte est publiée en 1709, à l’aube de ce « siècle des Lumières » qui voit triompher les très subversives leçons politiques du Prince de Machiavel paru presque deux cents ans plus tôt (1532). En effet, partout on moque la transcendance en politique, l’homme est considéré comme irrémédiablement méchant, et seul compte l’efficacité au détriment de la moralité : « […] celui qui veut en tout et partout se montrer homme de bien ne peut manquer de périr au milieu de tant de méchants. Il faut donc qu’un prince qui veut se maintenir apprenne à ne pas être toujours bon, et en user bien ou mal, selon la nécessité.* » Avec son éloquence, Bossuet prend le contre-pied de ces théories funestes et rappelle que le roi est l’auxiliaire de Dieu pour faire le bien, qu’il est tenu d’aimer son peuple comme un père et de l’élever en vertu. Aussi l’autorité royale doit-elle être sacrée, absolue, paternelle et soumise à la raison.



Petite histoire de la légitimité de 1883 à nos jours (Référentiel)

De la résistance au modernisme
samedi 16 décembre 2017 par VLR

L’histoire du mouvement légitimiste est celle de la fidélité à l’ordre naturel de la monarchie traditionnelle, et celle du refus de tout ralliement au modernisme :

  • 1830 et 1883 : refus du ralliement aux Orléans qui prétendent se faire rois en violant les Lois Fondamentales du Royaume.
  • 1892 : refus du Ralliement de l’Église à un régime républicain qui revendique l’autonomie de l’homme par rapport à la nature humaine (et donc par rapport à la volonté du Créateur de cette nature).
  • 1965 : refus du ralliement à la modernité d’une Église catholique qui entend s’attirer les bonnes grâces de la religion de l’homme-dieu lors du Concile Vatican II*.

À la manière d’Antigone, le combat qui fait l’honneur des légitimistes consiste à proclamer la loi naturelle et divine, parfois même en s’opposant aux autorités politiques ou religieuses censées la défendre.



Boniface VIII et Philippe le Bel : chronologie de la querelle (Référentiel)

Rapports Église/État, Ire partie
vendredi 3 novembre 2017 par Alexis Witberg

Depuis deux siècles, l’État moderne impose à tous, nolens volens, sa vision totalitaire de la liberté d’un genre humain affranchi de l’ordre naturel et divin, et cherche à revêtir non seulement la majesté des rois mais aussi la sacralité de l’Église. La volonté de retracer les origines de cet État moderne conduit parfois à des rétrospectives contestables. C’est ainsi que l’affrontement qui éclate entre 1296 et 1303 entre le pape Boniface VIII (1294-1303) et le roi de France Philippe IV le Bel (1285-1314) est trop souvent présenté comme un moment clef de la genèse de la Modernité…



La formation des coutumes d’hérédité et de masculinité (Référentiel)

La coutume comme source du droit
lundi 25 septembre 2017 par Jean Barbey

Il serait vain et anachronique de tenter d’analyser les changements dynastiques (mérovingiens, carolingiens, capétiens), ainsi que l’élaboration de ce que l’on appelle les Lois Fondamentales du Royaume à l’aune de notre pensée du XXIe siècle. En effet, les sociétés traditionnelles ignorent le volontarisme juridique et constitutionnel de la modernité. Dans ces sociétés, outre la loi naturelle, la coutume est une source essentielle du droit. L’étude qui suit s’attache à préciser la notion de « coutume », ainsi que les conditions de son émergence. Il s’agira ensuite de déterminer la part de la coutume dans la genèse des Lois Fondamentales du Royaume de France.



De l’autorité : que la royale et héréditaire est la plus propre au gouvernement, par BOSSUET (Référentiel)

Politique tirée de l’Écriture sainte (Livre II)
dimanche 4 juin 2017 par MabBlavet

En cette Europe du XVIIe siècle, le protestantisme et le jansénisme (sa forme catholicisée) désespèrent de la nature humaine qu’ils jugent irrémédiablement corrompue : si un homme fait le bien, c’est Dieu qui le fait sans sa coopération. Sur le plan social et politique, l’autorité — qui élève naturellement en vertu ses subordonnés — devient inutile : en particulier, l’autorité royale et les institutions perdent leur légitimité. Bossuet connaît bien l’esprit révolutionnaire protestant, il en fournit l’antidote dans sa Politique tirée de l’Écriture sainte. Avec rigueur, à partir de la Bible (seule source de vérité admise par le protestantisme), il démontre la parfaite harmonie entre la loi naturelle — accessible par la seule raison — et la Révélation. Oui ! la nature est bonne, et pour élever les hommes, Dieu délègue naturellement son autorité aux parents et aux rois.



Accueil | Contact | Plan du site | |