Vive le Roy
Accueil > Référentiel > Référentiel

Référentiel

Politique, sociologie, histoire, philosophie... un recueil de textes incontournables utiles au combat royaliste.

Articles de cette rubrique


TOULON sous la Convention, par Louis-Marie PRUDHOMME (1797) (Référentiel)

Que vaut la vie humaine en 1793 ?
samedi 24 mars 2012 par Mauny

C’est le très républicain Prudhomme qui nous livre cette enquête. Alors que la Terreur organisée par la 1re République livre le Pays à la délation et aux pires atrocités, les Toulonnais en appellent aux Anglais pour les libérer. L’armée révolutionnaire qui vient d’anéantir Lyon marche sur Toulon et triomphe facilement. Ivres d’idéologie, les “Représentants du peuple” y appliquent consciencieusement le programme de dépopulation de la Convention. Pourquoi nous cache-t-on aujourd’hui ces massacres (plus de 14000 victimes à Toulon) alors même que la République prêche le devoir de mémoire et se permet des leçons de vertu à des gouvernements étrangers tout aussi irrespectueux de la vie humaine ?



Décret de condamnation de l’Action Française, par saint Pie X et Pie XI (Référentiel)

29 janvier 1914 - 29 décembre 1926
samedi 3 mars 2012 par MabBlavet

Oui les papes Pie X et Pie XI ont légitimement condamné des ouvrages fondamentaux de Charles Maurras comme contraires à la Foi − l’étude de Faoudel et Savéan* le montre clairement. Cependant, Pie XI aurait dû argumenter ce décret. Or non seulement aucune justification ne fut donnée, mais les catholiques maurrassiens durent subir une persécution impitoyable de la part d’un certain clergé pro-démocrate-chrétien revigoré par la condamnation de ses adversaires. Cette absence de mise au point semble bien expliquer la pérennité, tant du libéralisme catholique qui triomphe au funeste concile Vatican II, que du national-catholicisme qui gangrène les milieux de la tradition jusqu’à aujourd’hui.



La loi naturelle, par saint Thomas d’AQUIN (Référentiel)

Somme théologique 1a-2ae, La loi, question 94
dimanche 5 février 2012 par Faoudel

Immuable, la loi naturelle est commune à tous les peuples. Ses préceptes jouent vis-à-vis de l’action humaine le même rôle que les principes premiers vis-à-vis des sciences. Elle est universellement accessible à la raison : « il y a en tout humain une inclination naturelle à agir conformément à sa raison, ce qui est proprement agir selon la vertu. » Lui appartient ce que l’instinct naturel apprend à tous les animaux : l’union du mâle et de la femelle, le soin des petits, la conservation de la vie etc. Lui appartient aussi tout ce qui relève d’un désir conforme à notre nature propre d’être raisonnable : éviter l’ignorance, ne pas nuire au prochain ...



Plaidoirie de Jean Foyer défenseur de Louis XX contre Henri d’Orléans [Partie 1] (Référentiel)

Titre et armes de Louis de Bourbon
dimanche 4 décembre 2011 par ISH

1989, le prince Alphonse de Bourbon, duc d’Anjou, aîné de la Maison de Bourbon ― et à ce titre Roi de France ― meurt dans un accident. Le jeune Louis XX succède à son père et reprend le titre de duc d’Anjou. Alors la branche cadette d’Orléans ― en la personne de l’actuel Comte de Paris ― s’attaque à l’orphelin âgé de 15 ans pour lui contester devant le tribunal le droit de porter ce titre. Lors du procès, Louis XX est défendu par Jean Foyer, grand juriste et ancien ministre de la République converti à la légitimité. Voici la plaidoirie qui a fait triompher le droit de l’adolescent.



Mit Brennender Sorge, Encyclique contre le nazisme (1937) (Référentiel)

Condamnation du national-socialisme
dimanche 20 novembre 2011 par Faoudel

Dès 1937, le pape Pie XI et le futur Pie XII ― principal rédacteur de l’Encyclique ― dénoncent la modernité nationale-socialiste et la guerre d’extermination que Hitler mène contre l’Église. « Quiconque prend la race, ou le peuple, ou l’État, ou la forme de l’État, ou les dépositaires du pouvoir, ou toute autre valeur fondamentale de la communauté humaine [...] quiconque prend ces notions pour les retirer de cette échelle de valeurs, même religieuses, et les divinise par un culte idolâtrique, celui-là renverse et fausse l’ordre des choses créé et ordonné par Dieu : celui-là est loin de la vraie foi en Dieu et d’une conception de la vie répondant à cette foi. »



Le Testament politique de RICHELIEU (Extraits) (Référentiel)

Consignes pour une société heureuse (parution 1985)
mardi 1er novembre 2011 par Stéphane Rials

Loin de l’image véhiculée par les romans, le Testament politique révèle un ministre soucieux du concours de chacun au bien commun selon un effort proportionnel à son rang. Ainsi il énonce au Roi ses devoirs et lui prodigue des conseils dans le gouvernement des ordres de son Royaume. Le Cardinal lui rappelle aussi que, devant le tribunal céleste, on est d’abord jugé à l’aune du zèle qu’on a manifesté à accomplir sa charge publique avec justice. Assurément, le droit divin constitue la clé de voûte de la société : «  Le règne de Dieu est le principe du gouvernement des États ; et en effet c’est une chose si absolument nécessaire, que sans ce fondement il n’y a point de Prince qui puisse bien régner, ni d’État qui puisse être heureux. »



Philippe Égalité, par Alfred NETTEMENT (1842) (Référentiel)

Louis-Philippe-Joseph d’Orléans (1747-1793)
samedi 15 octobre 2011 par MabBlavet

Pourquoi existe-t-il des orléanistes ? Pourquoi ne croient-ils pas Philippe Égalité qui avoue être le fils d’un cocher ? « Vous savez bien, Mirabeau, que ces titres de prince et d’altesse ne me conviennent pas, que je les ai reniés depuis longtemps, et que, depuis longtemps ; je ne rougis plus de Montfort le cocher. » Pourquoi, eux qui ignorent le principe d’indisponibilité de la Couronne, ne reconnaissent-ils pas ses renonciations publiques ? « je déclare que je déposerai sur le bureau ma renonciation formelle aux droits de membre de la dynastie régnante, pour m’en tenir à ceux de citoyen français. » Ne serait-ce pas qu’à l’instar d’Égalité qui vote la mort de Louis XVI, ils sacrifient eux-aussi la monarchie traditionnelle de droit divin sur l’autel de l’idéologie ? « convaincu que tous ceux qui ont attenté ou attenteraient par la suite à la souveraineté du peuple méritent la mort, je vote la mort. »



Les lois fondamentales du Royaume de France (Référentiel)

genèse de l’institution royale
samedi 1er octobre 2011 par Franck Bouscau

Ce cours dispensé à l’Université de Rennes I retrace la genèse de l’institution royale. Les constitutions modernes présentent un aspect artificiel car elles sont promulguées a priori et souvent inspirées par une idéologie, autrement dit, par une tentative de soumettre le réel à la volonté de l’homme. À l’opposé, la constitution de l’ancienne France apparaît naturelle, elle s’établit au gré des circonstances et de manière empirique : une difficulté survient, la solution adoptée devient une loi intangible qui oblige désormais et le roi et son peuple. Nous livrons ce travail tel qu’il est paru dans La Gazette Royale.



Portrait du révolutionnaire, par Richard HOOKER (1554-1600) et Éric VŒGELIN (1901-1985) (Référentiel)

irrationnelle modernité
samedi 17 septembre 2011 par Faoudel

Pour le philosophe américain Éric Vœgelin, la gnose est le principe de la Révolution ; plus, « la propagande gnostique consiste dans l’action politique et non pas dans une quête de la vérité au sens théorique. » En effet, au révolutionnaire peu importe la vérité, il s’agit de convaincre, aussi s’efforce-t-il de cantonner le combat sur le terrain de l’agitation politique — campagnes, slogans, pétitions, élections pour se lier l’opinion. Si d’aventure on porte le combat dans le domaine rationnel, on n’est jamais réfuté mais dénigré, marginalisé, intimidé, preuve que l’ennemi redoute plus que tout le débat théorique, et le pouvoir démystificateur de la philosophie traditionnelle.



La loi éternelle, par saint Thomas d’AQUIN (Référentiel)

Somme théologique 1a-2ae, La loi, question 93
dimanche 4 septembre 2011 par Faoudel

Oui Dieu a créé tous les êtres avec des natures propres, c’est à dire des lois propres qui leur permettent de réaliser leur fin propre. Oui l’homme est doué d’une raison qui d’une part le rend capable de connaître les lois et la fin de sa nature, et qui d’autre part le laisse libre d’y conformer sa vie − autrement dit de participer ou non à la loi éternelle. Oui la connaissance est bonne car elle participe de la compréhension du monde tel qu’il a été voulu par Dieu et il ne saurait y avoir opposition entre foi et raison. La loi éternelle est donc l’étalon des lois humaines et « Toutes les lois, quelles qu’elles soient, dérivent de la loi éternelle dans la mesure même où elles procèdent de la raison droite. »



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 0

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Référentiel   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License