Les textes de ce site légitimiste n’engagent pas la personne de Louis XX

Vive le Roy
Unir les peuples de France dans l’amour du Roi

Essai sur le libéralisme pratique

Les combats de messieurs Malgrétout, Tradi et Légitimiste
lundi 21 avril 2008 par Faoudel Enregistrer au format PDF

Interrogeons nous un instant sur l’action politique du catholique au sein d’une société postrévolutionnaire.

Monsieur MALGRÉTOUT

M. MALGRÉTOUT est un catholique que l’on qualifie couramment de « conservateur » et ne conçoit pas son devoir d’état sans œuvrer pour l’Église.
Il souffre vivement de la crise que celle ci traverse, de la complicité des autorités religieuses dans son sabordage et sa dissolution dans cette entité informe qui rassemble toutes les religions : l’œcuménisme.

Pour défendre la Foi, M. MALGRÉTOUT décide de combattre les erreurs de l’Église conciliaire de l’intérieur avec les armes démocratiques que celle-ci met à sa disposition :

Je vais faire de l’« entrisme » dans l’équipe diocésaine, leur faire entendre raison et quand elle sera assainie, elle pourra elle-même faire pression sur l’échelon supérieur.

Une fois dans le groupe M. MALGRÉTOUT se garde bien d’exposer trop ouvertement la saine doctrine sous peine de se discréditer d’emblée.
Il doit accepter la règle du jeu :

Cher Monsieur vous penser ceci mais Madame X pense le contraire, vous devez respecter ses idées si nous voulons agir ensemble.

Dans ce cadre, il ne peut que réagir aux attaques des éléments les plus subversifs, d’ailleurs le plus souvent il ferme les yeux pour ne pas passer pour « intégriste ».

Son action porte cependant quelques fruits :
Le dimanche, il est tout heureux d’avoir obtenu du curé le « je crois en Dieu » en latin, en échange de quoi il consent de temps en temps à « animer » la messe, il s’est même résolu à distribuer la communion de peur que quelqu’un de plus indigne que lui ne le fasse. Le voilà qui au nom du moindre mal cède et collabore objectivement à ce qu’il prétendait combattre. Compromis après compromis, il finit par oublier la saine doctrine et ceci à l’échelle la plus petite, lui qui ambitionnait une réforme de la politique vaticane.

M. MALGRÉTOUT se prend parfois à rêver d’une organisation de « bons catholiques », suffisamment puissante pour contrecarrer de l’intérieur les velléités révolutionnaires de la Rome conciliaire. Il envisage même par ce biais que l’Église de Vatican II finisse par adhérer à la doctrine traditionnelle. Mais il faudrait pour cela être plus nombreux à combattre «  comme lui, concrètement sur le terrain ». Et M. MALGRÉTOUT de blâmer son ami M. TRADI qui prétend œuvrer pour l’Église à l’extérieur de l’Église officielle ; ce lâche qui a déserté alors qu’il faudrait faire masse pour contrer toutes ces agressions.

Monsieur TRADI

Monsieur TRADI et la question religieuse

M. TRADI, quant à lui, a bien compris qu’il est inutile d’essayer de concilier les principes de la Rome moderniste avec la doctrine traditionnelle de l’Église. Il n’y a qu’une solution : Rome doit renoncer à Vatican II. Il se défie de la liturgie moderne, de son ambiguïté, du peu d’égard qu’elle accorde à Dieu par la disparition du rituel (gestes, attitudes, paroles...) qui aident à prendre conscience de la Présence Réelle.

M. TRADI perçoit nettement que si ses concepteurs ont donné cette forme à leur messe, c’est bien en vue d’une finalité très précise : la pratique de cette forme éloigne à leur insu les fidèles de Dieu ; son objet n’est plus le sacrifice offert à Dieu mais un repas dont le centre d’intérêt est l’assistance elle-même comme en témoigne entre autres l’autel tourné vers le peuple.

L’HOMME FINIT PAR USURPER LA PLACE DE DIEU.

Il sait que la réforme liturgique s’inscrit dans un mouvement plus vaste dont le Vatican se fait le promoteur : la fusion de toutes les religions autour de thèmes fédérateurs comme la fraternité universelle, la paix dans le monde, la démocratie, les Droits de l’Homme. C’est l’esprit d’Assise, du Mont Sinaï ou Jésus Sauveur fait figure d’indésirable quand il déclare : « Si vous ne croyez pas que Moi Je Suis, vous mourrez dans vos péchés »(Jean, 8, 24). Dans ces conditions M. TRADI adopte l’attitude la plus raisonnable : pour préserver sa foi et celle de sa famille, il refuse la pratique du nouveau culte et du système démocratique qu’il sous tend. Il combat pour l’Église à l’extérieur de l’Église conciliaire. Là, fort de la saine doctrine il agit : il prie, il étudie, il prend des responsabilités dans les Cercles de Tradition, il aide les prêtres et les écoles. Loin de déserter, il combat efficacement et rend le plus grand service à l’Église en défendant sans compromission sa tradition qui est la Parole de Dieu.

Monsieur TRADI et la politique

En bon catholique, M. TRADI ne conçoit pas son devoir d’état sans œuvrer pour la Cité. Il souffre vivement de la crise que le pays traverse, de la complicité des autorités politiques dans son sabordage, de sa dissolution dans cette entité informe que constitue l’Europe libérale. Pour défendre son pays, M. TRADI décide de combattre la République de l’intérieur avec les armes démocratiques que celle-ci met à sa disposition :

Je vais faire de l’« entrisme » dans la section locale du parti politique « le moins mauvais », lui faire entendre raison et quand elle sera assainie, elle pourra elle-même faire pression sur l’échelon supérieur.

Une fois militant M. TRADI se garde bien d’exposer trop ouvertement les principes chrétiens de la politique. Il tait surtout le principe de Royauté du Christ sous peine de se discréditer d’emblée.
Il doit accepter la règle du jeu :

Cher Monsieur vous pensez ceci mais Monsieur Y est agnostique, Monsieur Z est païen, vous devez respecter leurs idées si nous voulons agir ensemble.

Dans ce cadre il ne peut que réagir aux attaques des éléments les plus subversifs, d’ailleurs le plus souvent il ferme les yeux pour ne pas passer pour « intégriste ».
Son action porte cependant quelques fruits : À la fête du parti il est tout heureux d’avoir obtenu une messe de Saint Pie V et M. TRADI de faire de la publicité pour cette fête dont la conférence est dite par un païen notoire et dont les stands sont couverts de littérature antichrétienne.

Le voilà qui au nom du moindre mal cède et collabore objectivement à ce qu’il prétendait combattre. Compromis après compromis il finit par oublier la saine doctrine et ceci à l’échelle la plus petite, lui qui ambitionnait une réforme de la politique du pays. M. TRADI se prend parfois à rêver d’une organisation de « bons catholiques » suffisamment puissante pour contrecarrer de l’intérieur les velléités révolutionnaires de la République. Il envisage même par ce biais que la République finisse par adopter la doctrine catholique. Mais il faudrait pour cela être plus nombreux à combattre « comme lui, concrètement sur le terrain ».
Et M. TRADI de blâmer son ami M. LÉGITIMISTE qui prétend œuvrer pour le pays à l’extérieur de la République ; ce lâche qui a déserté alors qu’il faudrait faire masse pour contrer toutes ces agressions.

Monsieur LÉGITIMISTE

M. LÉGITIMISTE quant à lui a bien compris qu’il est inutile d’essayer de concilier les principes de République française avec la doctrine chrétienne, de baptiser la République. Il n’y a qu’une solution : la France doit renoncer à la République. Il se défie du suffrage universel par le biais duquel l’homme prend l’habitude de décider de ce qui est bien ou mal, sans égard pour la volonté divine (morale naturelle et morale révélée). M. LÉGITIMISTE perçoit nettement que si ses concepteurs ont donné cette forme à leur société, c’est bien en vue d’une finalité très précise : la pratique du suffrage universel habitue à leur insu les citoyens à s’approprier ce privilège divin de décider de ce qui est bien et mal.

L’HOMME FINIT PAR USURPER LA PLACE DE DIEU.

Il sait que le suffrage universel s’inscrit dans un mouvement plus vaste dont la République française se fait le promoteur : la fusion de tous les pays dans le nouvel ordre mondial autour de thèmes fédérateurs comme la fraternité universelle, la paix dans le monde, la démocratie, les Droits de l’Homme. Combien dès lors le Christ fait-Il figure d’indésirable quand Il déclare « je suis Roi », Il est si peu démocrate quand Il révèle que sa légitimité ne vient pas de la volonté des hommes mais de celle du Père « Ma royauté n’est pas de ce monde »(Jean-18, 38). Dans ces conditions, M. LÉGITIMISTE adopte l’attitude la plus raisonnable : pour préserver sa foi et celle de sa famille, il refuse de pratiquer le suffrage universel, la forme démocratique de cette société. Il continue le combat pour le pays à l’extérieur de la République. En France, le régime naturel est la monarchie très chrétienne.
Au sein de l’Union des Cercles Légitimistes, il agit en étudiant, il s’investit dans un cercle ou un groupe d’étude, il aide les journaux du mouvement, il fait du prosélytisme et prie pour la restauration du Trône et de l’Autel. Loin de déserter, il combat efficacement, il rend le plus grand service au pays en défendant sans compromission la tradition du Christ roi de France et du roi très chrétien son lieutenant.

Brève analyse

M. MALGRÉTOUT et M. TRADI sont victimes de ce que l’on peut appeler le libéralisme pratique : en théorie ils se défient de l’idéologie libérale mais en pratique ils agissent comme des libéraux. Quelques observations s’imposent :

1ère observation :

Le danger révolutionnaire réside dans la règle du jeu démocratique (c’est l’arme de l’ennemi). Le sociologue Augustin Cochin, [1] a bien montré que la forme démocratique (son fonctionnement en société de pensée), aboutit inexorablement à la finalité pour laquelle cette forme a été conçue : la libéralisation des esprits.

  • Dans un premier temps la pratique démocratique impose — pour faire le poids — des alliances avec des éléments subversifs. De ces compromissions résultent l’occultation puis la perte et enfin l’oubli de vérités essentielles susceptibles de diviser le groupe (justement les vérités qui fondent la cité chrétienne).
  • Dans un second temps, la pratique du suffrage universel habitue l’individu à décider du bien et du mal sans autre référence que lui-même. À la suite du sophiste Protagoras, il finit par penser que « l’homme est la mesure de toute chose », il devient l’Homme-Dieu à son insu.

2ème observation :

M. MALGRÉTOUT et M. TRADI adhèrent sans le savoir à la fameuse distinction moderniste entre THÈSE et HYPOTHÈSE.

  • La thèse est la théorie (la royauté du Christ) déclarée comme irréaliste et à ce titre reléguée dans le rang des abstractions.
  • L’hypothèse est l’action concrète aujourd’hui (l’œcuménisme religieux ou politique) qui permet de promouvoir un minimum de doctrine acceptable par tout le monde.

C’est oublier que notre doctrine n’est puissante et cohérente que si elle complète, on ne peut l’envisager diluée avec une idéologie, donc une pensée forcément révolutionnaire. De plus il ne nous appartient pas d’en disposer ainsi à notre gré, on ne peut que la transmettre dans sa plénitude (tradere = transmettre).

3ème observation :

M. MALGRÉTOUT et M. TRADI sont de braves personnes dévouées, aimées de leur entourage et exemples pour lui. Par leur engagement hasardeux, ils sont les plus sûres cautions du système révolutionnaire lui-même.

4ème observation :

M. MALGRÉTOUT et M. TRADI dans l’ordre politique sont des réactionnaires.
Le propre du réactionnaire est de manquer d’ambition : il se borne à défendre tel ou tel point attaqué par la Révolution en abandonnant comme un espoir chimérique la pleine restauration de la Cité de Dieu. C’est la politique du moindre mal, la politique de la rustine alors qu’il faudrait mobiliser toutes les énergies pour reconstruire la bicyclette. Dans une société chrétienne, on peut être réactionnaire autrement dit réagir aux attaques ponctuelles ; puisque l’on tient déjà la place, il faut la défendre.
Dans une société révolutionnaire, on est sur le terrain de l’adversaire, il le connaît mieux que nous, si en plus on lui laisse l’initiative de l’attaque et le choix des armes alors le combat est perdu d’avance.

À ceux qui nous demandent s’il est sérieux de parler d’attaque étant donnés nos faibles effectifs nous répondons : N’est-ce pas parce que depuis deux cents ans les catholiques s’épuisent à essayer de contrer la Révolution avec ses propres armes que nous sommes toujours moins nombreux ?
Il nous faut donc pratiquer l’offensive avec cette finalité concrète de rétablir une institution légitime.

5ème observation :

Justement la notion capitale d’institution est méconnue. Par une extraordinaire naïveté M. TRADI semble penser qu’une majorité arithmétique de catholiques dans un pays en fait un pays catholique ! ! ! ! C’est déclarer à la manière révolutionnaire que le TOUT n’est que la somme des PARTIES. La doctrine traditionnelle précise au contraire que le tout est l’action commune et ordonnée des parties. Un pays n’est donc catholique que si son fonctionnement, son organisation, ce qui l’anime (son « âme »), bref son institution politique est catholique.

Ignorer cette évidence c’est commettre la même erreur que Léon XIII qui espérait baptiser la République en obligeant les catholiques numériquement majoritaires à voter (inutile de revenir ici sur le désastre politique et social du Ralliement dont les effets se font encore sentir plus de cent ans après). C’est tomber dans le même piège que l’ancien mouvement de Jean OUSSET : la Cité Catholique ambitionnait d’occuper l’espace politique grâce à la formation d’élites à la doctrine sociale de l’Église (ce qui est fort louable) ; malheureusement par crainte de divisions jamais n’y était abordée la question de l’institution politique à installer concrètement et sans laquelle les principes chrétiens de la politique ne sont que lettres mortes. Résultat : les membres et Jean OUSSET lui-même ont fini par douter d’une « théorie » dont ils ne voyaient pas bien comment l’appliquer dans cette société. Le mouvement a explosé et nombre de bonnes volontés, par découragement, se sont définitivement détournées de la politique.

Conclusion

Rappelons quelques notions élémentaires tirées de l’enseignement de saint Thomas :
La politique a pour finalité d’organiser la cité en vue du bien commun.
Le bien commun s’identifie à l’unité de la paix qui est l’amitié politique ou encore la concorde civile.

L’unité élémentaire, la concorde minimale n’est assurée que dans la reconnaissance commune de l’autorité politique.

Comment dès lors, des mouvements catholiques espèrent-ils sérieusement faire de la politique sur la seule base que leurs membres connaissent la doctrine de l’Église, mais sans que ceux-ci ne s’accordent au préalable sur l’institution politique à mettre en place (et donc sur l’autorité qu’elle désigne) ?
N’a-t-on pas là une division fondamentale incompatible avec la définition même de la politique ?

Pourquoi les catholiques s’épuisent-ils dans des combats électoraux dont le mécanisme révolutionnaire les empêchera toujours d’instaurer un bon gouvernement et introduira en eux le germe libéral ?

Pourquoi ne se mobilisent-ils pas pour promouvoir, faire connaître et aimer l’institution politique de l’ancienne France, elle qui a reçu à tant de reprises le sceau de la Providence ? Mais peut-être qu’à la manière moderniste ne croient-ils plus à la Cité de Dieu que comme une simple « thèse », une théorie à reléguer dans le rang des abstractions ?

[1Plus récemment Adrien Loubier a repris et résumé la pensée de Cochin dans son ouvrage Groupes réducteurs et Noyaux dirigeants.


Accueil | Contact | Plan du site | |