Les textes de ce site légitimiste n’engagent pas la personne de Louis XX

Vive le Roy
Unir les peuples de France dans l’amour du Roi

Nietzsche, ou l’esprit de subversion, par Jacques GALY (1976)

La fausse anti-modernité d’un élitiste individualiste
dimanche 1er janvier 2017 par La Légitimité Enregistrer au format PDF

Des philosophes comme Éric Vœgelin ont montré que la modernité se caractérise par l’autonomie de l’homme par rapport à Dieu, sa divinisation, et la croyance progressiste en un sens de l’histoire. Par sa volonté l’homme peut être acteur de son progrès vers l’homme-dieu, et se faire l’artisan de l’établissement d’un Âge d’or. Cependant la modernité se décline selon deux modalités violemment antagonistes : un mode égalitariste et démocratique bien explicité par un Vincent Peillon, et un mode élitiste et individualiste.

Nietzsche (1844-1900) est sans conteste le philosophe le plus éminent du mode moderne élitiste, et un des plus subversifs. En effet, contempteur de la décadence démocratique, il séduit de nombreux catholiques conservateurs. Pourtant, le philosophe rend le christianisme responsable ultime de l’égalitarisme libéral et socialiste. À ce titre, il lui voue une haine sans bornes.

La modernité, ou l’« ouverture du puits de l’Abîme »

Voici que DIEU envoie une puissance de séduction, qui égare et porte à croire au mensonge, afin que soient condamnés ceux qui n’auront pas cru à la vérité, mais se seront complu dans le mal. (II Thes. 11-12)

Bossuet, dans son commentaire de l’Apocalypse, interprétait le verset parlant de l’ouverture du puits de l’Abîme d’où émane une fumée épaisse voilant le soleil (Ap. 9, 1 et 2), comme une prophétie annonçant la venue de Luther, qui obscurcit la pure doctrine de l’Église avec l’erreur du libre examen. Trois siècles plus tard, témoins de l’extrême et rapide décrépitude du monde moderne, qui se noie dans son vomissement, nous pouvons considérer les étonnantes fortunes de monstres non moins dangereux qui, depuis, ont atteint le faîte de la puissance : Robespierre, Saint-Just, Marx, Lénine, Trotsky, Hitler et Mao...

Nietzsche, séducteur et corrupteur de ses ennemis

Côté pile : un séduisant prophète opposé au capitalisme et au socialisme

Cependant, Nietzsche semble être réservé pour la fin de la corruption avancée, inaugurée par la crise de mai 1968, son étoile étant dès lors au zénith. Et pourtant, il fait illusion sur certains de nos amis qui, perplexes devant ses errements et ses fruits putrides, veulent se persuader de sa « noblesse », de son « exigeant sens éthique », d’une « réaction mystique pleine de grandeur » à l’époque du socialisme et de l’épicerie mondiale. Bien qu’ils émettent de sérieuses réserves à son sujet, leur analyse inexacte étant sans cesse contredite par les textes et les doctrines des disciples, ils se sont fabriqué un Nietzsche tout en contradiction :

  • une part, bonne, mise au compte du poète et du génie ;
  • l’autre, exécrable, demeurant incompréhensible, est imputée à la dialectique et aux réactions intempestives du lion irrité par la vue des moustiques — entendez les chrétiens — qui ne seraient pas les aigles dont il pourrait s’émerveiller.

Côté face : l’hérésiarque impie et ennemi déclaré de Dieu

Et voilà en fait justifié le plus audacieux hérésiarque de tous les temps, le « destructeur d’étoiles », comme il aimait à se dépeindre [1], le digne émule de Marx pour enlever à Dieu son règne sur le grand nombre. Le funeste messager de la « mort de Dieu » se voit ainsi paré d’une gloire usurpée. Ne dit-il pas :

Je suis Zarathoustra, l’impie, qui demande : « Qui est plus impie que moi afin que je me réjouisse de son enseignement ? » [2]

S’il y a une apparente grandeur dans sa déclaration de guerre au christianisme, elle ne relève que de la déclamation théâtrale et de sa logomachie accoutumée. Il se caractérise par un orgueil outrecuidant et une mise en scène à la Wagner.

De la nécessité d’une étude approfondie des motivations de Nietzsche

Aussi faudrait-il en finir, par une étude précise et exhaustive des textes, avec une légende que rien ne permet d’appuyer, quand, au contraire, toute l’œuvre de Nietzsche démontre qu’il appartient à cette lignée maudite de faux prophètes qui, depuis plusieurs siècles, s’acharnent, avec toujours plus de succès et d’impudence, contre la Religion que Dieu a établie, et contre les Royaumes qui en furent longtemps les remparts. Sous nos yeux, les théologiens de « la mort de Dieu », dignes disciples d’un tel maître, achèvent de profaner le sanctuaire et s’efforcent de renverser la dernière Monarchie (la papauté [note de VLR]).

Une obsession : la subversion du catholicisme

Parlons brièvement, car la matière est vaste et difficile à appréhender, du dessein de Nietzsche, c’est-à-dire de son plan de subversion du catholicisme. Il faut d’abord distinguer la forme et le fond.

Masquer par la forme les faiblesses du fond

La forme tient une place prépondérante, mais qu’il serait trop long de développer ici. Résumons en disant qu’il cherche à convaincre par un ton ordinaire d’autorité (c’est un faux prophète), mettant en avant ses relations avec un monde supérieur et son génie personnel. Il avait l’ambition d’accomplir une œuvre formellement plus achevée, donc plus apte à convaincre, que les Saintes Écritures ainsi réduites à un genre littéraire. Il concevait sa prose comme une musique, abondamment gonflée de symboles charmeurs, destinée à entraîner l’adhésion dans ses remous trompeurs.

Pour le fond, on peut distinguer deux parties, comme il le fait lui-même dans ses divers plans (cf. Volonté de puissance) : l’une est critique, destructrice du christianisme, l’autre est censée être constructive par l’apport de sa révélation.
En fait, les deux parties sont souvent mêlées, du fait notamment de l’inconsistance du fond de sa pensée.

Libérer l’humanité de l’imposture chrétienne

La partie critique se résume à son message de la mort de Dieu, qui est son pôle principal et son slogan récapitulatif. Ce n’est pas simplement un constat du déclin de la foi dans le monde, comme une analyse sommaire tendrait à l’affirmer, mais son œuvre personnelle. Il se flatte d’avoir « découvert » ce qu’il appelle l’imposture chrétienne, et d’avoir libéré l’humanité du complot chrétien qui empêchait les forts de dominer. Maintenant qu’il a éventé ce complot, la lumière le chasse dans les ténèbres et lui, Nietzsche, permet à l’humanité d’entrer dans l’âge adulte. Témoin parmi cent autres ce texte caractéristique de Ecce homo :

Ce qui me délimite, ce qui me met à part de tout le reste de l’humanité, c’est d’avoir découvert la morale chrétienne... L’aveuglement devant le christianisme, c’est là le crime par excellence, le crime contre la vie. Les millénaires, les peuples, les philosophes et les vieilles femmes — déduction faite de cinq ou six moments de l’histoire, et de moi comme le septième,— sur ce point, ils se valent tous... La notion de Dieu a été inventée comme antinomie de la vie ; en elle se résume, en une unité épouvantable, tout ce qui est nuisible, vénéneux, calomniateur, toute l’inimitié contre la vie. [3]

Il développe cette thèse surabondamment, en insistant sur ce qu’il nomme la, psychologie morbide du christianisme, le complot qu’il qualifie parfois, dans son jargon, de « transmutation des valeurs » :

Je suis finalement le premier psychologue du christianisme et peux faire avancer, en vieil artilleur que je suis, des pièces lourdes dont aucun adversaire du christianisme n’a seulement soupçonné l’existence [4].

Ses calomnies contre saint Paul et la morale sont particulièrement remarquables, et on ne peut lui dénier une grande originalité dans l’art de la calomnie.

Remplacer le christianisme par une nouvelle religion

Mais il n’a pas voulu s’en tenir à une simple agression rénovée par une méthode originale, la feinte indignation : il a voulu remplacer le christianisme par une nouvelle religion, avec ses dogmes et son archétype moral, se croyant capable de défendre par ses livres ce que Dieu a fait par les Saintes Écritures.
Ses dogmes se résument à l’erreur de l’Éternel Retour et au Surhomme.

Le dogme matérialiste de l’Éternel Retour

Lutter contre la fiction du Ciel qui permet aux faibles de dominer les forts

Quoique relevant surtout de la structure subjective de Nietzsche, éternelle rechute d’une passion qui toujours s’exalte, l’Éternel Retour est donné plusieurs fois sous l’aspect d’un dogme neuf, la vérité désespérante contre laquelle le christianisme aurait lutté en lui imposant la « fiction » du Ciel, vérité occultée par les faibles qui se seraient ainsi sécurisés et auraient dominé les forts.

  • Il voit toujours les conséquences morales d’une telle prédication : le désespoir, le vide de toute chose, l’anéantissement de l’espérance chrétienne fondée sur l’attente d’une récompense éternelle de la foi et de la patience
  • Il prétend que, diffusée par la magie de son verbe, sa vérité va balayer les faibles et renverser leur pouvoir usurpé ; qu’elle aura pour effet d’établir le règne de la force, des volontés qu’il appelle libres, de ceux qui se considèrent comme des dieux.

L’Éternel retour est celui de la matière qui se transforme, et qui seule existe

Mis à part cet aspect moral, c’est-à-dire atteignant la raison même de vouloir et d’ordonner ses actes, l’Éternel Retour est une doctrine selon laquelle seule la matière existe, se compose, se décompose et se recompose, éternellement identique :

Toutes choses reviennent éternellement et nous revenons nous-mêmes avec elles, et nous avons déjà été une infinité de fois, et toutes choses ont été avec nous. Il y a une grande année du devenir, un monstre de grande année ; il faut que, semblable à un sablier, elle se retourne sans cesse pour s’écouler et se vider à nouveau, en sorte que toutes ces années se ressemblent entre elles. [5]

Le mouvement de l’Éternel retour implique la haine et la volonté de destruction

Mais c’est aussi une vision de haine éternelle :

Dionysos contre le Crucifié : la vie elle-même, avec son caractère éternellement redoutable et son éternel retour, nécessite l’angoisse, la destruction, la volonté de destruction [6].

Une croyance à l’Éternel retour inspirée par des puissances supérieures

Cette croyance est présentée comme ayant la vertu de procurer une véritable transfiguration, dont Nietzsche aurait eu la révélation dans son septième ciel :

On ne saurait en vérité se défendre de l’idée qu’on n’est que l’incarnation, le porte voix, le médium (sic) de puissances supérieures... « quelque chose » qui nous ébranle, nous bouleverse jusqu’au plus intime de notre être, est la plus simple expression de la vérité... c’est une extase,... c’est une plénitude de bonheur et d’horreur... [7]

Il n’y a pas si longtemps, toute personne équilibrée aurait diagnostiqué là un cas typique de possession. Mais Nietzsche déploie l’arsenal de sa poésie pour faire avaler cette énorme couleuvre que lui-même s’efforce d’engloutir :

J’ai déployé des cieux tranquilles au-dessus de moi, et j’ai volé de mes propres ailes dans mon propre ciel [8].
Une nouvelle certitude est-elle venue vers toi, lourde et chargée de ferment ? Et de lui répondre : « Comme ce monstre s’est glissé dans ma gorge pour m’étouffer » [9].

Il est cependant réconfortant de constater que, malgré la prolifération des nietzschéens, peu nombreux encore sont ceux qui croient à cette ineptie. Nous avons néanmoins assisté récemment à des essais de diffusion ; citons le cinéaste Polanski, qui cherche à créer dans ses films un climat propice à la suggérer discrètement ; et aussi la revue Engadine, de P. Lance.

Le dogme progressiste et immanentiste du Surhomme

Quant au Surhomme, autre géniale invention nietzschéenne qui a sa fortune jusqu’à être habituellement sur des lèvres pontificales, c’est certainement son meilleur succès. Ici encore, il faudrait pouvoir développer longuement pour montrer comment ce terme a été inventé dans le cadre d’une technique de séduction, où la forme et la mise en scène ont le rôle principal. C’est aussi un outil de la dialectique nietzschéenne, l’argument auquel il renvoie quand il est à cours d’autres moyens de persuasion :

Là où finit l’État, déclare Zarathoustra, par exemple, ne voyez-vous pas, mes frères, l’arc en ciel… qui mène au Surhomme ? [10]

Si l’on veut résumer et aller à l’essentiel, le Surhomme ressemble beaucoup trop à l’Antéchrist prédit par les Écritures Saintes pour qu’on ne puisse faire le rapprochement : même messianisme infernal, même volonté d’usurper la puissance suprême et de se faire adorer :

J’aime ceux qui se sacrifient à la terre pour qu’un jour, sur la terre, vienne le règne du Surhomme. [11]

Il élimine le règne de Dieu :

Jadis, on disait : Dieu, lorsqu’on regardait vers les mers lointaines ; maintenant, je vous ai appris à dire : Surhomme [12].

Il est prétexte à la venue du règne de l’enfer :

Pour l’amour du Surhomme, il est nécessaire de mettre toujours plus d’inégalités et de guerres entre les hommes [13].

Ce règne de l’enfer, il faut le désirer :

Tu dois aimer le Surhomme comme ta raison d’être [14].

Lutter contre l’enfer de la fausse anti-modernité de Nietzsche

Voilà les nouvelles tables. Nous sommes donc bien loin des attaques portées contre un faux christianisme, visant en fait les affairistes, bien loin de la noble réaction contre une religion hypocrite et bourgeoise : c’est à Dieu et à son règne que Nietzsche en veut.

Tout est logique chez cet auteur dès lors qu’on le situe dans la perspective où lui-même s’est placé : « transmutation des valeurs », « mort de Dieu », « psychologie morbide des chrétiens », « Surhomme », « Éternel Retour », « Volonté de puissance », « Dionysos », — toutes ces expressions où les analystes ne voient que contradictions et incohérences, encore qu’impressionnantes, sont en fait les composantes, chacune à sa place, d’une arme unique qui vise un but unique.

Nietzsche a voulu ruiner l’ordre surnaturel et l’ordre naturel, attestés l’un et l’autre par les Saintes Écritures, gardés infailliblement par le Magistère catholique.
Il a voulu promouvoir le règne de l’enfer, qui commence à s’implanter, en poussant le vice et l’erreur à l’extrême, en excitant les bas instincts de vengeance des bas-fonds de l’humanité pour les inciter à convoiter la puissance et la domination, en violation de la hiérarchie établie par la Providence.

Au blasphématoire et impudent cri de l’athéisme militant, poussé par son coryphée : « Dieu est mort, nous voulons que le Surhomme vive » [15], tous les lecteurs auront à cœur d’opposer le Christus vincit, Christus_regnat, Christus imperat qui, avec l’aide du Ciel, le vrai, rendra à notre beau Royaume son Roi légitime.

[Jacques GALY/(in La Légitimité, N°7, 22 Rue Planchat, Paris, avril-mai-juin 1976.)/]

Annexes : deux textes tirés de L’Antéchrist

Nietzsche : L’Antéchrist, Essai d’une critique du christianisme, chapitre 62

Je termine ici et je prononce mon jugement. Je condamne le christianisme, j’élève contre l’Église chrétienne la plus terrible de toutes les accusations, que jamais accusateur ait prononcée. Elle est la plus grande corruption que l’on puisse imaginer, elle a eu la volonté de la dernière corruption possible. L’Église chrétienne n’épargna sur rien sa corruption, elle a fait de toute valeur une non-valeur, de chaque vérité un mensonge, de chaque intégrité une bassesse d’âme.

Qu’on ose encore me parler de ses bienfaits « humanitaires ». Supprimer une misère était contraire à sa plus profonde utilité, elle vécut de misères, elle créa des misères pour s’éterniser...

  • Le ver du péché par exemple : une misère dont l’Église seulement enrichit l’humanité !
  • L’« égalité des âmes devant Dieu », cette fausseté, ce prétexte aux rancunes les plus basses, cet explosif de l’idée, qui finit par devenir Révolution, idée moderne, principe de dégénérescence de tout l’ordre social — c’est la dynamite chrétienne... les bienfaits « humanitaires » du christianisme ! Faire de l’humanitas une contradiction, un art de pollution, une aversion, un mépris de tous les instincts bons et droits ! Cela serait pour moi des bienfaits du christianisme !
  • Le parasitisme, seule pratique de l’Église, buvant, avec son idéal d’anémie et de sainteté, le sang, l’amour, l’espoir en la vie ;
  • l’au-delà, négation de toute réalité ;
  • la croix, signe de ralliement pour la conspiration la plus souterraine qu’il y ait jamais eue, — conspiration contre la santé, la beauté, la droiture, la bravoure, l’esprit, la beauté d’âme, contre la vie elle-même…

Je veux inscrire à tous les murs cette accusation éternelle contre le christianisme, partout où il y a des murs, — j’ai des lettres qui rendent voyants même les aveugles... J’appelle le christianisme l’unique grande calamité, l’unique grande perversion intérieure, l’unique grand instinct de haine qui ne trouve pas de moyen assez venimeux, assez clandestin, assez souterrain, assez petit — je l’appelle l’unique et l’immortelle flétrissure de l’humanité...

[Et l’on compte le temps à partir du dies nefastus qui commença cette calamité, — à partir du premier jour du christianisme ! — Pourquoi pas plutôt à partir de son dernier jour ? — À partir d’aujourd’hui ? — Inversion des valeurs !...] [16]

Loi contre le christianisme promulguée le jour du Salut, le premier jour de l’an Un (— le 30 septembre 1888 de la fausse chronologie)

Guerre à mort contre le vice : le vice est le christianisme

Article 1.— Toute contre-nature est vicieuse. L’être vicieux par excellence, c’est le prêtre : il enseigne la contre-nature. Contre le prêtre, ce ne sont plus les raisons qu’il faut, mais la prison.

Article 2.— Toute participation à un culte est un attentat aux bonnes mœurs. L’on sera plus dur contre les protestants que contre les catholiques, plus dur contre les protestants libéraux que contre les orthodoxes. Être chrétien est d’autant plus criminel que l’on se rapproche de la vérité. Le criminel par excellence est donc le philosophe.

Article 3.— Les lieux maudits où le christianisme a couvé ses innombrables basiliques seront éradiqués de la surface de la terre, et ils feront horreur à la postérité. On y élèvera des serpents venimeux.

Article 4.— Prêcher la chasteté, c’est inciter publiquement à la contre-nature. Chaque mépris de la vie sexuelle, chaque souillure de celle-ci par l’idée même d’« impur » est le vrai péché contre l’esprit saint de la vie.

Article 5.— Manger à la même table qu’un prêtre, c’est s’exclure de la société des gens honnêtes. Le prêtre est notre Tchândâla, - il sera proscrit, affamé, en toutes circonstances
chassé et exilé.

Article 6.— On appellera l’histoire « sainte » du nom qu’elle mérite : celui d’histoire maudite ; on n’utilisera plus les mots « Dieu », « sauveur », « rédempteur », « saint » que comme des insultes, des emblèmes criminels.

Article 7.— Tout le reste s’ensuit [17].

[1Ainsi parlait Zarathoustra, Gallimard, 1965, p. 182.

[2Ainsi parlait Zarathoustra, p. 198.

[3Ecce homo. Comment on devient ce qu’on est, Denoël-Gonthier, 1971, p. 162 s.

[4Lettre du 18 octobre 1888, dans L’Antéchrist, Paris, Union générale d’éditions (Le Blonde en 10/18), 1967, p. 163.

[5Ainsi parlait Zarathoustra, p. 255.

[6Volonté de puissance, éd. du Mercure de France, t. II., p. 284.

[7Ecce Homo, p. 119.

[8Ainsi parlait Zarathoustra p. 267.

[9Ainsi parlait Zarathoustra, p. 252.

[10Ainsi parlait Zarathoustra, De la nouvelle idole.

[11Ainsi parlait Zarathoustra, p. 21.

[12Ainsi parlait Zarathoustra, p. 100.

[13Ainsi parlait Zarathoustra, p. 118.

[14Ainsi parlait Zarathoustra, p. 75.

[15Ainsi parlait Zarathoustra, p. 186.

[16Nietzsche, L’Antéchrist, Essai d’une critique du christianisme, livre numérique Wikisource.

[17Nietzsche, L’Antéchrist, Essai d’une critique du christianisme, livre numérique Wikisource.


Accueil | Contact | Plan du site | |