Les textes de ce site légitimiste n’engagent pas la personne de Louis XX

Vive le Roy
Unir les peuples de France dans l’amour du Roi

Petite histoire de la légitimité de 1883 à nos jours

De la résistance au modernisme
samedi 16 décembre 2017 par VLR Enregistrer au format PDF

L’histoire du mouvement légitimiste est celle de la fidélité à l’ordre naturel de la monarchie traditionnelle, et celle du refus de tout ralliement au modernisme :

  • 1830 et 1883 : refus du ralliement aux Orléans qui prétendent se faire rois en violant les Lois Fondamentales du Royaume.
  • 1892 : refus du Ralliement de l’Église à un régime républicain qui revendique l’autonomie de l’homme par rapport à la nature humaine (et donc par rapport à la volonté du Créateur de cette nature).
  • 1965 : refus du ralliement à la modernité d’une Église catholique qui entend s’attirer les bonnes grâces de la religion de l’homme-dieu lors du Concile Vatican II*.

À la manière d’Antigone, le combat qui fait l’honneur des légitimistes consiste à proclamer la loi naturelle et divine, parfois même en s’opposant aux autorités politiques ou religieuses censées la défendre.

* En ce 7 décembre 1965, le discours de clôture du Concile Vatican II — prononcé par le pape Paul VI — ne laisse en effet aucun doute sur l’objectif du Concile :

La religion du Dieu qui s’est fait homme s’est rencontrée avec la religion (car c’en est une) de l’homme qui se fait Dieu.

Avertissement de Vive Le Roy

Le texte qui suit est une reproduction de la synthèse universitaire de Jean-Claude Drouin intitulée : Les non-ralliés deux fois : Les Blancs d’Espagne de 1883 à nos jours [1].
On remarquera aisément que l’auteur est éloigné de la légitimité, mais en bon chercheur il s’efforce de s’abstraire de ses préjugés pour s’attacher aux faits, tout en prenant bien soin de mentionner ses sources.

AVERTISSEMENT : tous les titres ont été ajoutés par VLR pour faciliter la lecture en ligne.

Du refus des ralliements aux Orléans (1883) et à la République (1892)

Note sur le mot « ralliement »

Si l’on suit le Littré du XIXe siècle, le point de ralliement est au figuré une opinion sur laquelle des personnes en dissentiment sont d’accord.

Nous avons vu dans ce colloque comment les monarchistes français avaient été fortement poussés par le pape Léon XIII à se rallier à la forme républicaine de gouvernement. Certains refusèrent et furent des réfractaires, ils restèrent fidèles au comte de Paris, mort en 1894, et après, au duc d’Orléans, prétendants orléanistes qui « rallièrent » à leur drapeau tricolore la plus grande partie des monarchistes non ralliés.

Mais dès 1883, une minorité de monarchistes dits légitimistes avaient déjà refusé de se rallier aux Orléans et étaient restés fidèles au drapeau blanc. Ce sont les Blancs dits d’Espagne par leurs adversaires surnommés à leur tour les Blancs d’Eu du nom du château de Normandie, possession des Orléans.

Le refus des ralliements de Joseph du Bourg

Joseph du Bourg publia en 1910 un livre qui provoqua une polémique : dans Les entrevues des princes à Frohsdorf 1873 et 1883, La vérité et sa légende ; l’auteur ne cachait pas ses opinions légitimistes et carlistes au sens propre des termes. Son but en théorie n’était pas de faire un acte politique mais de rappeler la question de la succession du comte de Chambord ou Henri V, mort à Frohsdorf en août 1883. Pour Du Bourg :

la loi salique est immuable ; (le roi) n’avait pas le pouvoir de la modifier, l’eût-il voulu ; il en était le gardien.

Joseph du Bourg est un des principaux membres de cette « Petite église de Frohsdorf » qui se définit par le refus de deux ralliements successifs :

  • pas de ralliement aux Orléans en 1883,
  • pas de ralliement à la république en 1891.

Dans la conclusion de cet ouvrage, Joseph du Bourg raconte sa première entrevue avec le successeur légitime de Henri V, don Juan :

il fut fort aimable. Mais mon Dieu, où en sommes nous ! ... ce pauvre prince, après quelques sourires et phrases aimables se met à me raconter des chasses au canard, à l’aigle, ses succès photographiques et son invention de bateau en caoutchouc. J’étais stupéfait. Je me dis néanmoins que, malgré le passé de ce prince, le principe devait passer avant tout. Les personnes passent, les principes restent.

Et Du Bourg plaint les royalistes qui se sont ralliés aux Orléans et qui ont fait des actes plus difficiles que lui. Du Bourg est l’exemple de ces ultras qui continuent en 1883 à crier « Vive le roi quand même ! » La personnalité des princes qui deviennent roi de France sur le plan théorique ne leur convient pas mais, pour eux, qui refusent le ralliement aux Orléans, il s’agit de défendre le principe fondamental : d’après le droit monarchique, la couronne appartient à l’aîné des Bourbons :

La Providence, en faisant sentir à notre conscience l’obligation de maintenir les principes de la monarchie légitime et chrétienne, comme pouvant être dans l’avenir le moyen efficace de défense religieuse et de régénération pour la France, nous place dans une position vraiment difficile.

Afin de présenter les non-ralliés deux fois, nous examinerons d’une façon chronologique ce qui s’est passé depuis la mort du « roi Henri V » en 1883 jusqu’à l’époque contemporaine parmi la petite minorité de ceux qui ont parfois été surnommés d’une façon ironique les Blancs d’Espagne. Mais eux-mêmes se disaient être les véritables royalistes français, héritiers directs des légitimistes du XIXe siècle qui ne s’étaient ralliés ni à la quasi monarchie de Louis-Philippe ni à la République de 1848 ou de 1870 ni à l’Empire bonapartiste.

Les légitimistes à la mort du roi Henri V Comte de Chambord (1883)

Au début de 1884, Le Temps, pourtant hostile aux royalistes, rend compte d’un grand nombre de manifestations légitimistes. La Ligue populaire de Nicoullaud et de Georges Berry aurait réuni plus de 600 personnes dans une salle du 6e arrondissement de Paris et présenté un candidat aux élections de Montmartre. Selon l’auteur de l’article, les Jésuites restaient le modèle de la reconquête morale et politique de la France depuis le Sacré-Cœur de Montmartre : « Restons unis et la République est perdue » aurait été le mot d’ordre de ces adversaires de la République « néfaste déesse », ils prônaient aussi des associations professionnelles et la participation, c’est à dire l’union du capital et du travail.

Mais en fait l’unité ne fut pas réelle. Ce fut plutôt un « refrain d’opéra comique » comme le dit un journaliste du Temps le 11 janvier 1884. Le légitimisme pur était alors représenté par le Journal de Paris et par la fondation du 27 juillet 1884 d’un nouveau parti à la salle de société de géographie. Le Temps en rend compte le surlendemain :

Les royalistes réunis le 27 juillet 1884 affirment leur inébranlable attachement à la cause du droit monarchique, héréditaire et traditionnel dont le chef de la maison d’Anjou est depuis la mort d’Henri V, en vertu de la loi salique, le représentant légitime.

À côté d’une délégation d’ouvriers parisiens, les auteurs de cette déclaration étaient Sébastien Laurentie, Cathelineau, le comte d’Andigné, de Foresta, de Kérandal et Gibert (excusé). Le Temps ironise, bien sûr, sur ce nouveau parti et la découverte d’un nouveau roi :

La création d’une nouvelle maison royale, la formation d’un nouveau parti politique, comme s’il n’y en avait déjà pas assez !

Le roi Jean III (1822-1883-1887), successeur du Comte de Chambord

Jean III, prétendant au trône d’Espagne, mais successeur des rois de France

Le nouveau roi, Jean III est alors l’infant d’Espagne Jean-Charles Marc Isidore né le 15 mai 1822 fils de l’infant Charles ou Don Carlos comte de Molina (1788-1855) et de Marie-Françoise d’Assise (1800-1834) fille de Jean VI, roi de Portugal. Il avait épousé en 1847 la sœur de la comtesse de Chambord, Marie Béatrice Anne Françoise, archiduchesse d’Autriche. Leur fils aîné, l’infant Charles, duc de Madrid avait épousé à Frohsdorf en 1847 la princesse Marguerite de Parme, fille de Charles III, duc de Parme et de Louise de Bourbon Artois et donc la nièce du comte de Chambord.
Prétendant carliste après la mort de son frère Charles, comte de Montemolin en 1861, Jean de Bourbon avait finalement abdiqué en 1868 en faveur de son fils aîné le duc de Madrid (Charles VII en Espagne). C’est lui qui, par la volonté du comte de Chambord, marchait en tête des Capétiens lors des obsèques. On sait que le comte de Paris s’était retiré avant les obsèques.

Quant à Jean III, il avait refusé le 3 septembre de signer une renonciation présentée par un ex-conseiller d’État, M. de Bellomaire lui demandant de renoncer à ses droits au trône de France. Le Temps se trompe donc quand il déclare :

Reste à savoir maintenant si la maison d’Anjou acceptera cette couronne qui lui offrent trois cents fidèles, dont de nombreuses dames, sur une population de 36 millions d’habitants.

Les princes de la maison Bourbon-Anjou avaient déjà accepté et il y avait un grand nombre de royalistes français pour qui, le journaliste du Temps le reconnaît lui-même ;

Le comte de Paris est l’incarnation vivante de la Révolution par la tradition de sa race, par son éducation, par son entourage.

De juillet à septembre 1884, le journal se fait l’écho des attaques lancées dans Le Figaro par le comte de Riancey contre la comtesse de Chambord et le groupe constitué autour de Maurice d’Andigné, du Pavillon et Jude de Kernaeret.

Les amis du comte de Paris ont fermé la porte à tout accommodement. La lettre est une véritable déclaration de guerre.

Les légitimistes purs posent eux aussi au début septembre un ultimatum au comte de Paris. Et Le Temps de triompher :

quel aveu d’impuissance croissante du parti monarchique, malgré les espérances conçues au lendemain de la mort du comte de Chambord (2 septembre).

Les fidèles « Blancs d’Espagne »

On estime que la moitié seulement de l’entourage de Henri V s’est ralliée à la thèse des droits des Anjou. Les aumôniers, Mgr Curé et le Père Bole ainsi que l’exécuteur testamentaire Huet du Pavillon, défendaient aussi la thèse d’une règle de succession que le comte de Chambord lui-même ne pouvait pas changer. Il légua d’ailleurs à son beau-frère, devenu son héritier, les archives royales et les croix des ordres.

Les « Blancs d’Espagne » se groupèrent autour de Joseph du Bourg et de Maurice d’Andigné avec l’organe hebdomadaire le Journal de Paris dominé par la personnalité de Guillaume Véran. Un autre journal étudié par nous en 1981, Le Droit monarchique parut de décembre 1883 à novembre 1884 comme expression du groupe des « légitimistes purs » qui ont refusé de reconnaître un Orléans, le comte de Paris, comme roi légitime de la France. Le Temps du 21 novembre 1883 constatait

les monarchistes français passent par dessus les Pyrénées pour aller chercher leur Roi de l’autre côté de la frontière.

La totalité des Blancs d’Espagne était fidèle à don Juan ou Jean III mais le libéralisme et les mœurs de ce dernier ainsi que ses hésitations entre la France et l’Espagne compliquaient la situation. Certains prétextaient la renonciation de Jean III en faveur de son fils pour reconnaître ses fils, don Carlos ou don Alfonso Carlos, d’autres regrettaient que don Juan prétende en même temps aux deux couronnes. En fait, tous les princes consacrent alors l’essentiel de leur énergie à la lutte des carlistes en Espagne. Ils portaient tous des titres espagnols, comte de Montizon pour Jean III, duc de Madrid et duc de San Jaime pour ses deux fils.

Le comité central de propagande légitimiste mis en place en 1884 rallie à lui des grands noms du monarchisme : le général de Cathelineau, Urbain de Maillé. Le Temps reconnaît que

M. d’Andigné raisonne fort juste, en ne voulant pas accepter 1830.

Les congrès annuels se déroulent avec plus de 600 participants (1887). Les autres grandes manifestations se déroulent à l’église de la Madeleine à Paris le 21 janvier ou pour la Saint Michel à Saint-Anne d’Auray (3000 pèlerins en 1890). Lors des obsèques de la reine Marie-Thérèse d’Autriche Este en 1886, ce fut Cathelineau qui eut l’honneur de tenir le drapeau blanc.

Certaines régions connurent des comités locaux :

  • dans le Nord autour des juristes Coquille et Gustave Théry, bâtonnier à Lille,
  • dans le Midi,
  • dans le Nivernais avec Charles du Verne et le comte de Maumigny,
  • dans le Poitou,
  • en Franche-Comté.

Les représentants dans les revues et les brochures furent Joseph du Bourg, ancien secrétaire des commandements du comte et de la comtesse de Chambord qui reprit les thèses des théoriciens comme Blanc de Saint-Bonnet et Mgr Pie, l’évêque de Poitiers.

Le roi Charles XI (1848-1887-1909) dans la tourmente du Ralliement de l’Église à la République

Division des légitimistes au sujet du général Boulanger

Don Carlos avait désigné en 1889 son représentant en France, le prince de Valori. Mais les princes d’Anjou furent peu actifs ; leurs partisans en France se divisèrent une fois de plus lors de la crise boulangiste. Maurice d’Andigné, propriétaire du Journal de Paris soutenait le général qu’il considérait anti-orléaniste tandis que les autres personnalités du mouvement, Cathelineau, Henri Marchand, Guillaume Véran auteur de la brochure Le boulangisme devant la légitimité (1889) y étaient hostiles, il y eut une réconciliation superficielle lorsque le ralliement prôné par Léon XIII provoque une nouvelle scission.

Division des légitimistes au sujet de l’Encyclique sur le Ralliement

Avec d’Andigné, une fraction des maigres troupes du légitimisme suivit le conseil pontifical, le Journal de Paris cessa d’être l’organe légitimiste. Mais d’autres autour de Valori parlèrent des « saintes et nobles utopies du Pape » et critiquèrent la trahison de Maurice d’Andigné. Le « roi » Charles XI désavoua son représentant et refusa, afin de suivre les consignes pontificales, d’avoir à nouveau un représentant en France.

Après 1892, le courant légitimiste se divisa à nouveau. Le dernier banquet annuel, tradition depuis 1884, se déroula le 16 juillet 1892. Présidé par Valori, il fit éclater la rupture entre Valori et le prétendant Charles XI (ou Carlos VII en Espagne). Ce dernier avait écrit de Venise une lettre au comte de Paris, le 23 mai 1892, pour protester contre sa prise des pleines armes de France ; il se disait chef de nom et d’armes de la maison de Bourbon.

Moi seul, aîné des Bourbons, chef de nom et d’armes de la race d’Hugues Capet, de Saint-Louis et de Louis XIV, et par moi mon fils et mon frère nous avons le droit de porter son écusson royal d’azur à trois fleurs de lys d’or, sans brisure.

Comme l’indique Henry de Valori dans son livre Don Carlos et le Conseil des 10, les lettres de Charles XI furent toutes rédigées par lui, Valori, entre 1889 et 1892.

Consécrations solennelles faites par le Roi de sa personne et de la France au Sacré-Coeur

Charles XI avait comme « roi de France » chargé le 11 juin 1889 Joseph du Bourg d’aller déposer à Paray-le-Monial un document solennel consacrant sa personne et la France au Sacré-Cœur, conformément à la demande faite par Marguerite Marie Alacoque au roi Louis XIV. Il avait lancé aussi des messages auprès des pèlerins légitimistes de Sainte-Anne d’Auray

Vous leur direz qu’il n’y a que deux politiques en présence dans l’histoire contemporaine : le droit traditionnel et le droit populaire. Entre ces deux pôles, le monde politique s’agite. Au milieu, il n’y a que des royalistes qui abdiquent, des usurpations et des déclarations.

En 1896 le comte Urbain de Maillé est à nouveau accrédité par don Carlos. Dans L’Ami du Clergé paraissent des articles qui sont à l’origine d’une polémique ardente avec les orléanistes : ils sont l’œuvre de Mgr Amédée Curé, ancien aumônier d’Henri V, qui vient conforter le point de vue légitimiste. En 1896, le Comité central de propagande légitimiste est réorganisé sous l’appellation de Conseil central des comités légitimistes qui survit jusqu’en 1914.

L’acceptation du Ralliement par Charles XI provoque le schisme sévillan de Valori

Charles XI blâma le discours de Valori au congrès légitimiste de 1892 et lui retira son accréditation. Ne voulant pas rallier la République, désavoué par le roi, le prince de Valori se tourna alors vers un autre prince Bourbon de la maison d’Anjou.

Le prince François Marie, né en 1853 à Toulouse, petit-fils de l’infant François de Paule fut choisi de Valori qui publia en mars 1895 dans La Nouvelle Revue un article intitulé « François de Bourbon duc d’Anjou » avec cet avis de la direction :

Les plaidoyers de M. le prince de Valori en faveur de la légitimité du futur roi de France intéresseront nos lecteurs comme une page d’histoire... ancienne.

Le prince général de division dans l’année espagnole, prêta une oreille attentive aux arguments du prince de Valori et se proclama duc d’Anjou, chef de la Maison de France puis François III, roi légitime de France. Il assigna, pour usurpation des armes de France, l’aîné de la branche d’Orléans devant la 1re chambre du tribunal civil de la Seine le 7 juin 1896 mais il fut débouté de sa demande le 28 juin 1897. La mort de Valori en 1898 ne marqua pas la fin du schisme sévillan. Le prince François Marie continua sa carrière dans l’armée espagnole et mourut à Madrid le 28 mars 1942.

Le schisme sévillan connut un succès relatif autour de François III ou d’Henri VI. Une petite presse sévillane se poursuivit jusque vers 1910.

  • La Royauté nationale (1903-1904) qui veut fonder un parti, celui de « l’honnêteté, du droit et de la justice » (n°1 du 5 décembre 1901) et qui demande la participation de l’ouvrier aux bénéfices de l’entreprise (17 janvier 1904).
  • On peut citer aussi l’Union nouvelle de 1904 à 1909.

Selon certains, le mouvement se serait poursuivi jusque dans l’entre-deux-guerres : le comité Charles X d’André Yvert était placé sous le patronage d’un Séville. En 1931 Paul Watrin dans La Science historique critique l’usurpation du faux Henri VI roi de France.

Un prince peu actif

Du côté carliste, Jean III était mort à Brighton le 18 novembre 1887. Son fils, Charles XI, après ses échecs en Espagne, se tourna vers la France ; après Valori, son représentant en France fut le comte Urbain de Maillé de la Tour Landry. Mais ses interventions dans la politique française furent peu nombreuses. Beaucoup lui reprochaient sa passivité et son acceptation de l’encyclique sur le ralliement. Cependant il écrivit en 1906 une lettre aux Français pour leur demander de

s’affranchir d’un joug maçonnique et satanique en revenant franchement et avec l’ardeur qui vous caractérise à la vraie tradition chrétienne et nationale dont par ma naissance c’est-à-dire par la volonté de Dieu, je suis le seul représentant légitime.

Le roi Jacques Ier (1870-1909-1931) au temps de l’Action Française

Brève biographie du nouveau Prince

Après sa mort survenue à Varèse, en Italie, le 18 juillet 1909, son fils aîné devenait en droit le légitime successeur des rois de France : Jaime, connu en Espagne sous les appellations de don Jaime III et de duc de Madrid, fut ensuite le chef de la maison de Bourbon et Jacques Ier roi de France.

Né à Vevey en Suisse le 27 juin 1870 il fut élevé à Paris jusqu’à l’expulsion de son père en 1881 (car don Carlos avait été acclamé par des Saint-Cyriens à Saint-Germain-des-Prés). Officier dans l’armée russe, il avait participé à l’expédition des boxers et à la guerre de Mandchourie. En 1909, il démissionna pour venir s’installer à Frohsdorf dont il avait hérité de la comtesse de Chambord (morte en 1886).

Il s’occupait bien sûr de la cause carliste en Espagne et dans le cadre français, revendiqua en 1911, son titre de chef de la maison de Bourbon. Une lettre reproduite dans la grande presse protesta contre le port de la croix de Saint-Louis par le général de Charette qui pensait pouvoir le tenir du duc d’Orléans.

Essor de la presse et des études légitimistes d’avant la Grande guerre

Sur le plan de la presse :

  • le conseil central des comités légitimistes avec de Maillé et Maurice de Jonquières lancèrent le 10 mars 1911 une revue bimensuelle, La Monarchie Française, qui connut 14 numéros jusqu’au 15 janvier 1912 sous la direction de Cathelineau Montfort.
  • Le Drapeau blanc d’Émile Para, un transfuge de l’AF, ne parut que peu de temps en 1913.
  • La Monarchie française qui tentait de lutter en 1911-1912 contre le positivisme de l’Action française ne fut pas soutenue par don Jaime.

Mais le plus remarquable est la prolifération de brochures et de livres axés sur des problèmes d’histoire du droit. On peut citer parmi les principaux titres :

  • les œuvres d’Hilaire de Curzon qui polémique à Poitiers avec le marquis de Roux (1910-1911),
  • celles de Robinet de Cléry sur Les prétentions dynastiques de la branche d’Orléans (1910),
  • la thèse de droit d’Henri de La Perrière De la succession à la couronne de France dans la dynastie capétienne (1908) qui précède...
  • celle du prince Sixte de Bourbon Parme Le traité d’Utrecht et les lois fondamentales du royaume (1914).

Des revues comme Le Correspondant, La Revue critique des idées et des livres, La Revue hebdomadaire publient des articles favorables aux thèses légitimistes carlistes : les souvenirs de Goritz du marquis de La Tour Pin Chambly (1909) dans la seconde, les dernières heures du drapeau blanc dans la troisième (1909).

Aux yeux de beaucoup, ces légitimistes restés fidèles aux héritiers naturels d’Henri V sont « les courtisans de l’impossible » selon le mot d’un ancien légitimiste allié à la république, Henri des Houx (dans Le Constitutionnel du 24 juin 1890).

Ce légitimisme est à la fois représenté dans les campagnes du Midi et parmi les intellectuels et érudits qui polémiquent avec les orléanistes et les naundorffistes qui se disent aussi légitimistes.

  • L’Avant Garde de l’Ouest (1889-1892) à Dol-de-Bretagne,
  • L’Avant Garde de Provence (1889-1892) à Marseille,
  • L’Avranchin (1883-1891),
  • La Chronique de l’Ouest (1884-1889)

… furent les principaux titres légitimistes et carlistes à la fin du XIXe siècle.

Le roi Alphonse Ier (1849-1936-1941)

Nouvelle réunion des couronnes d’Espagne et de France sur une même tête

Avant de mourir à Paris le 2 octobre 1931, Jacques Ier avait réussi la réconciliation avec le roi Alphonse XIII lors d’une rencontre le 23 septembre 1931, avenue Hoche.
Le roi de France in partibus devait être l’oncle de Jacques Ier mais celui-ci n’ayant pas d’enfant, le titre devait revenir à Alphonse XIII. De 1931 à 1936 le « roi de France » fut Charles XII, en fait Alphonse-Charles duc de San Jaime et Alphonse-Carlos Ier en Espagne pour éviter toute confusion avec Alphonse XII.

Né à Londres en 1849, il avait été zouave pontifical et héros controversé des guerres carlistes. En France, il accorda son soutien à Paul Watrin et à son équipe.

Le légitimisme de l’entre-deux-guerre porté par Paul Watrin

De 1921 à 1940, Paul Watrin défendit la cause légitimiste dans La Science historique et La Loyauté, revue des événements contemporains (1928) animée par un ancien maurrassien, un juif converti, Georges Marc Zadoc.

Le vieux duc de San Jaime mourut à Vienne le 29 septembre 1936, victime d’un accident de la route. L’aîné de la maison de Bourbon se trouvait être le roi Alphonse XIII d’Espagne. Le chef de la branche « libérale » alphonsine devenait le chef de la maison de Bourbon. En Espagne, la succession carliste fut obscurcie par les prétentions du prince Xavier de Bourbon Parme, mais en France, à part quelques légitimistes de la cause parmesane, la quasi-totalité acceptèrent la royauté toujours très théorique d’Alphonse Ier roi de France (ou Alphonse II pour Paul Watrin qui dans La Science historique avait donné à don Alfonse Carlos le titre d’Alphonse Ier).

En fait à partir du 28 février 1941, les deux successions de France et d’Espagne entremêlées depuis 1883 pour le plus grand malheur de la cause légitimiste étaient dissociées : du côté espagnol Alphonse XIII d’Espagne avait abdiqué le 15 janvier 1941 en faveur de son fils Don Juan comte de Barcelone (don Jaime ayant renoncé au trône le 21 juin 1933 pour des raisons de santé), du côté français Jacques duc de Ségovie.

Les légitimistes citent souvent le conseil d’Alphonse XIII à son fils :

Nous avons dans notre famille deux successions royales : l’une celle de France est nette et formelle, l’autre celle d’Espagne est complexe et dépendante de l’accord des Cortes (La Gazette royale n° 10, janvier 1958).

Mais les circonstances se prêtaient évidemment très mal à une double restauration même si Alphonse XIII, dans une conversation qu’il aurait eue à Genève avec l’ambassadeur de France, Georges Scapini, aurait déclaré qu’il fallait rétablir la monarchie légitime en France et en Espagne en se désignant du geste.

Paul Watrin avait mené, du moins jusqu’en 1942, des activités antisémites et antimaçonniques. Après sa mort, de nombreuses tentatives furent menées pour représenter et organiser le légitimisme.

Le roi (Jacques) Henri VI (1908-1941-1975)

Don Jaime (Jacques) Duc d’Anjou, nouveau roi de droit

Le roi de droit était Don Jaime duc d’Anjou et de Cadix, né en 1908, fils cadet du roi Alphonse XIII d’Espagne. Il avait dû renoncer en 1933 au trône d’Espagne en faveur de son frère Juan comte de Barcelone, mais il devint en 1941 le chef de la Maison de Bourbon à la suite de la mort d’Alphonse XIII. Dès le 31 juillet 1946, dans une déclaration, il proclamait son droit au trône de France et prenait le titre de duc d’Anjou.

L’Association Générale des Légitimistes de France (AGLF) et La Gazette Royale

Depuis,

  • il présida souvent les messes traditionnelles du 21 janvier,
  • il encouragea en 1956 Michel Josseaume quand ce dernier lança le bulletin légitimiste Le Drapeau Blanc, et
  • il patronna en 1957 la création de l’Association générale des légitimistes de France animée par Mlle de Tassin, Édouard de Roquefeuil Anduze puis Pierre Tollé.

Le journal La Gazette royale diffusait les déclarations du roi qui avait le nom de Henri VI sur les problèmes de l’époque (Algérie, avortement).
Le mouvement connut un certain succès avec les thèses corporatistes d’Alger, disciples du Dr Lefèvre : Charles Clerget-Gurnaud (de la restauration nationale d’Alger) le Dr Godard. La Gazette royale devint un mensuel avec les collaborations de Philippe Prouteau, Jean Féraudy, Jacques Rambaud et Hervé Pinoteau, auteur d’un essai légitimiste, Monarchie et avenir, paru aux Nouvelles éditions latines en 1960.

Mais des crises intestines et la fin du drame algérien mirent fin à l’AGLF.

D’autres mouvements légitimistes assurent le relai

D’autres organismes lui succédèrent :

  • E. de Roquefeuil Anduze et le Dr Godard créent les Cercles d’Études Chateaubriand-Bonald,
  • d’autres animent le Centre doctrinal d’action royaliste (CDAR) avec la revue Tradition française (29 numéros parus jusqu’en 1966) animée par Guy Augé, Alain Néry.

Le conseil de Mgr le duc d’Anjou est alors constitué pour former le secrétariat des princes :
Hervé Pinoteau, Pierre de La Forest-Divonne et Patrick Esclafer de Rode qui édita à partir de 1972 un Bulletin d’information.

Après Tradition française les membres de l’ancien CDAR diffusèrent d’une façon irrégulière une Lettre aux amis de la Légitimité puis surtout à partir de septembre 1974 un trimestriel, La Légitimité, d’abord ronéotypé, puis imprimé qui connut un succès certain.

Le « roi Jacques Henri VI » est mort en 1975 lorsque le numéro 3 de La Légitimité paraissait. Ses partisans reconnaissaient que son mérite avait été de

ne jamais signer en France que des déclarations d’une parfaite orthodoxie contre-révolutionnaire.

Le roi Alphonse II (1936-1975-1989)

Reconnu roi de droit, il laissa le principe de la monarchie à son fils Louis Alphonse duc de Cadix devenu Alphonse II. Commence alors une étape de l’histoire du légitimisme français qui se prolonge encore après la mort brutale de ce prince Bourbon en 1989 et sa succession assurée par Louis XX.

Le mythe légitimiste continue autour de l’Institut de la maison de Bourbon et un journal fondé en 1984 La Feuille d’information légitimiste (FIL) qui a dépassé 130 numéros.

Conclusion

Ces fidèles qui résistent aux ralliements

Les Blancs d’Espagne sont donc bien des non-ralliés deux fois :

  • non ralliés au comte de Paris et à la branche des Orléans en 1883-1884,
  • non ralliés à la République en 1891.

Mais ce groupe déjà très minoritaire connaît des crises nombreuses car certains se rallièrent à d’autres personnes et à d’autres courants :

  • ralliement à Boulanger,
  • ralliement aux Séville,
  • ralliement au Sillon et à la démocratie chrétienne,
  • ralliement à la révolution nationale de Vichy,
  • ralliement à Maurras.

La formule de « traditionalisme intégral » avait été lancée par la revue de Cathelineau-Montfort en 1911, La Monarchie française, comme antithèse du nationalisme intégral. Les partisans de la « contre-révolution intégrale », formule lancée par Pierre Gibert dans L’Avant Garde de l’Ouest (18 janvier 1896) n’ont pas, eux, ralliés le maurrassisme.

Mais dans les problèmes complexes de droit dynastique les discussions entraînèrent encore entre 1932 et 1936 des divisions. Certains légitimistes très liés aux princes carlistes comme Jean d’Andigné ou Mayol de Lupé se montrèrent sensibles à la cause parmesane. Sans faire ouvertement acte de candidature au trône de France, les princes Sixte (mort en 1934) et Xavier (mort en 1977) laissèrent avancer leurs noms par des amis avec une certaine complaisance surtout que le premier était l’auteur d’une thèse de droit fondamental pour les légitimistes et que le second avait été choisi par le dernier prince carliste comme « régent de la communion traditionaliste » en Espagne.

Le légitimisme ou la Contre-Révolution authentique

Les Blancs d’Espagne, légitimistes purs, « courtisans de l’impossible », forment donc une minorité dans l’espace métapolitique de la France entre 1883 et 1975. Autour de professeurs de droit depuis Coquille jusqu’à Guy Augé, ils ont maintenu le droit dynastique de l’ancienne France et pratiqué une réflexion dans l’optique contre-révolutionnaire et intégriste catholique.

Refusant le ralliement à la monarchie constitutionnelle de 1830 et aux principes révolutionnaires et républicains de 1789 et de 1875, ils forment un groupe de l’extrême droite française en lutte permanente non seulement avec les républicains libéraux mais aussi les Orléanistes et les partisans de Charles Maurras.

Ces querelles intestines sont une des causes de la faiblesse du monarchisme français depuis 1883 et de sa quasi-disparition depuis plus d’un siècle. Cependant, sur le plan culturel, la « tradition monarchique » a connu une permanence à travers les brochures, la presse et les thèses et les articles de droit.

Le courant légitimiste, fer de lance du catholicisme traditionnel

En outre, le courant légitimiste a certainement permis la permanence et la résurgence de l’intégrisme catholique. La famille d’Andigné est encore représentée dans la nébuleuse de la Cité catholique des années 1960. L’absence de ralliement à des thèses modernes ou modernistes permet le maintien de l’intégrité des doctrines politiques et religieuses. Les partisans de la monarchie chrétienne ne peuvent se rallier à la république laïque ni à la monarchie constitutionnelle. Deux refus de ralliement sont donc la marque des Blancs d’Espagne.

Permanence du légitimisme dans la politique française

Si nous revenons à Joseph du Bourg, on peut constater vers 1910 une nostalgie certaine. Après les obsèques de Frohsdorf, il lançait des questions.

Le Roi était laissé dans sa dernière demeure ; il appartenait au passé. Le drapeau blanc restait couché sur son tombeau. Qui le relèvera ? Qui en a le devoir ? Qui en aura le courage ? [2]

Du Bourg refuse en fait l’expression de « petite Église de Frohsdorf » lancée par ses adversaires. Il est sûr de représenter le droit monarchique dans sa pureté et rappelle ce qu’il a fait

pour le service et la défense de ces grandes idées sous le blanc panache de mon Roi.

Encore en juin 1909, non-rallié deux fois, il se tourne vers les princes de la branche aînée seuls capables de restaurer la monarchie légitime et chrétienne. Il est intéressant de noter qu’on retrouve en 1994, les mêmes formules, les mêmes arguments, dans les revues et feuilles légitimistes.

Il s’agit donc bien d’une « petite Église » qui est née en 1883-84 et qui s’est continuée avec le légitimisme carliste jusqu’en 1941. Il faut attendre les années 1950 et surtout la mort du prétendant don Jaime ou Henri VI pour que le légitimisme français reprenne vraiment une place dans la droite française. René Rémond, l’historien des droites parle peu de ce légitimisme :

il se trouva quelques nostalgiques pour reporter leur allégeance sur les Bourbons d’Espagne, mais ce sont là fantaisies généalogiques qui ne sauraient masquer le déclin de la foi monarchique [3].

Les légitimistes : ces « non-ralliés absolus » à la modernité

Si nous sommes d’accord sur le déclin de la foi monarchique depuis 1883, les termes de fantaisies généalogiques paraissent inadaptées, les « Blancs d’Espagne » sont en fait les adeptes intransigeants du principe de légitimité. Ils forment depuis une vingtaine d’années un rameau non négligeable sur le plan intellectuel de la droite contre-révolutionnaire, héritier du refus des deux ralliements orléaniste et républicain.

Cet exemple montre que les non-ralliés sont restés fidèles à une légitimité supérieure que l’on peut appeler « métapolitique ». Les légitimistes sont restés fidèles à une conception de la monarchie chrétienne opposée fondamentalement aux principes révolutionnaires de 1789 et aux pratiques démocratiques et parlementaires de 1848 et 1875.

Non ralliés aux modernités politique et philosophique, les « Blancs d’Espagne » représentent un mouvement à la fois minoritaire et permanent. Ils sont la preuve que les non-ralliés sont condamnés à longue échéance à la marginalité, refusant à la fois la République, les Orléans et Charles Maurras.

Mais les Blancs d’Espagne sont aussi la manifestation du maintien sur plus de cent ans de la théorie contre révolutionnaire élaborée aussi bien par Maistre et Bonald que par P. S. Laurentie, Mgr Pie et Blanc de Saint-Bonnet.
Les catholiques et royalistes non ralliés à la République étaient déjà des non-ralliés à la monarchie parlementaire dès 1791, 1814 ou 1830. Ils sont des fidèles intégraux aux principes réels ou supposés de la monarchie chrétienne : le Prince, les Lois fondamentales du royaume et la Foi catholique.

Si le ralliement est bien l’acceptation sur le plan politique de la République chrétienne, si les ralliements sont l’adhésion sur le plan social de la modernité et, sur le plan philosophique, du progrès, il paraît évident que la petite famille d’esprit des légitimistes purs et durs sont des non-ralliés absolus dans le domaine des idées et dans la réalité ils sont les courtisans de l’impossible... Restauration

Bibliographie

La bibliographie du sujet est large. Nous ne citerons que les ouvrages les plus accessibles.

  • Rials Stéphane, Le Légitimisme, Paris, PUF, Que Sais-je ?, n° 2107, 1983, 125 p.
  • Augé (Guy), Succession de France et règle de nationalité, Paris, D.U.C., 1979, 174 p. (avec bibliographie).

Nous avons fourni quelques contributions :

  • Drouin Jean-Claude, « Charles Chesnelong et l’affaire du drapeau blanc d’après ses papiers personnels », dans les Actes du 94e Congrès national des Sociétés savantes, Pau, 1969. Section d’histoire moderne et contemporaine, tome II, Paris, Imprimerie nationale, 1971, (p.133-144).
  • « Le Droit monarchique, un journal légitimiste et monarchique 1883-1884 », Actes du 104e Congrès national des Sociétés savantes, Bordeaux, 1979. Section d’histoire moderne et contemporaine, tome II. Questions diverses, Paris, Imprimerie nationale, 1981.
  • Le mythe monarchique en France depuis 1883 dans Mythes et politique sous 1a direction de Charles Olivier Carbonell et Jean Rives. Presses de l’Institut d’Études politiques de Toulouse, 1990 (p. 145-155).

Parmi les synthèses les plus récentes :

  • Augé Guy, Les Blancs d’Espagne. Contribution à l’étude d’une composante du royalisme français. D.E.S. Sciences politiques. Faculté de droit, Paris, 1967, XIX, 291 p.
  • Pinoteau Hervé, Monarchie et avenir, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1960.
  • Watrin Paul, La tradition monarchique d’après l’ancien droit public, Paris s.d. (1916), thèse de droit, 232 p. Réédition sous la direction de J.P. Brancourt avec préface mise à jour et bibliographie par Guy Augé. Paris, D.U.C. (Diffusion Université Culture), 1983.

Pour la presse contemporaine :

  • La Feuille d’information légitimiste a publié en janvier 1995 son numéro 135 sous la direction de Daniel Hamiche, Sicre, 1 square Racan 75016 Paris.
  • De 1974 à 1982, la revue trimestrielle Légitimité a publié dans ses 28 numéros de nombreux articles d’histoire et de droit. Le comité de direction comprenait Guy Augé, Jean-Pierre Brancourt, Philippe Montillet, Claude Polin, Claude Rousseau.

Notre information repose essentiellement sur trois sources :

  • Le journal Le Temps de l’année 1883.
  • L’ouvrage de Joseph du Bourg Les entrevues des Princes à Frohsdorf. La vérité et la légende, Paris, Perrin, 1910, 311 p.
  • La revue La Légitimité.

Les témoignages sur les prétendants carlistes en Espagne et en France sont nombreux mais dispersés. Citons le portrait de Don Jaime de Bourbon en première page de l’Illustration le samedi 20 avril 1907 « En rupture d’exil Don Jaime de Bourbon à Madrid » avec un article de Raymond Recouly.
Le diplomate Maurice Paléologue a raconté dans « Une visite à Frohsdorf », Les Œuvres libres, n° 129, février 1957, sa rencontre avec le même personnage en septembre 1913 sur un ton très critique.

Jean-Claude Drouin

Complément de Vive Le Roy

Depuis 1990, l’UCLF prend le relai du combat légitimiste. L’UCLF est un mouvement fondé en 1979 par Gérard Saclier de la Bâtie — ancien président de l’AGLF — qui entreprend aussi de continuer la parution de l’ancienne Gazette Royale. Auparavant, durant la terrible persécution religieuse moderniste des années 70, G. Saclier de la Bâtie s’était investi aux cotés de Mgr Lefebvre pour la défense de la messe de toujours. A cet effet, il fut l’un des créateurs des comités Saint-Pie V et fut président de cette association qui offrait des lieux de culte aux prêtres fidèles à la liturgie catholique.
Depuis sa fondation, l’UCLF ne cesse de combattre pour la restauration du Trône et le l’Autel, de prier pour le Pape et le Roi, de rassembler les documents, de les enseigner au plus grand nombre pour le triomphe final du droit naturel et divin.

[1Actes du colloque Les ralliements, ralliés, traîtres et opportunistes du Moyen-âge à l’époque moderne et contemporain, p. 197-214, CROCEMC, Bordeaux 1997, Textes et débats réunis par M. Agostino, F. Bériac, A.M. Dom.

[2p. 298.

[3Les droites en France, 1982, p. 281.


Accueil | Contact | Plan du site | |