Bandeau
Vive le Roy
Unir les peuples de France dans l’amour du Roi

Les textes de ce site légitimiste n’engagent pas la personne de Louis XX

Articles associés au mot "Autorité"

Autorité, pouvoir. Ces deux mots sont très-voisins l’un de l’autre dans une partie de leur emploi ; et pouvoir monarchique, autorité monarchique disent quelque chose de très-analogue. Pourtant, comme autorité est ce qui autorise, et pouvoir ce qui peut, il y a toujours dans autorité une nuance d’influence morale qui n’est pas nécessairement impliquée dans pouvoir.

Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, tome1, 1973.

[…] l’autorité est un pouvoir ; mais tout pouvoir n’est pas autorité ; l’autorité est un pouvoir moral, et parce qu’il est pouvoir de gouverner, c’est-à-dire, de conduire un être vers sa finalité, son sujet, son dépositaire doit être intelligent ; celui-ci doit connaître, en effet, la raison de la finalité, la congruence des moyens à cette dernière, il doit être capable d’établir les nécessaires relations de dépendance de ceux-là par rapport à celle-ci ; il doit, en un mot, être capable de légiférer.

Jaime Bofill,« Autoridad, Jerarquia, Individuo », Revista de filosofia, 5 (1943), p. 365.

L’autorité implique une obéissance dans laquelle les hommes gardent leur liberté.

Hannah Arendt, La crise de la culture, Folio Essais, p. 140.

La source de l’autorité dans un gouvernement autoritaire est toujours une force extérieure et supérieure au pouvoir qui est le sien ; c’est toujours de cette source, de cette force extérieure qui transcende le domaine politique, que les autorités tirent leur « autorité », c’est-à-dire leur légitimité, et celle-ci peut borner leur pouvoir.

Hannah Arendt, La crise de la culture, Folio Essais, p. 130.


14 articles trouvés dans ce site

0 | 10


À l’usage de ceux qui vont voter
Si dans la pensée traditionnelle l’objet de tout bon gouvernement est de rendre les hommes vertueux afin de réaliser le bien commun, tel n’est pas le cas de la démocratie. De l’antiquité à nos jours, dans un souverain mépris du peuple, celle-ci a toujours promu structurellement le vice et la médiocrité. (...)
1er avril 2017       Faoudel
La forme du régime politique est-elle neutre ?
La république moderne légitime son pouvoir par son caractère rationnel, voire scientifique, et lui oppose l’irrationalité d’une monarchie traditionnelle légitimée par le droit divin. Que faut-il comprendre par « rationalité du pouvoir » dans la république ? Qu’est ce que cette autorité que revendique la (...)
4 avril 2015       Faoudel
Du naturel « amour du roi » au moderne « nationalisme » (2002)
Qu’est-ce que la nation ? et le patriotisme ou le nationalisme ? Force est de constater que ces mots appartiennent au vocabulaire de la modernité. Les premiers à prétendre « représenter la Nation » sont les parlements, ces cours de justice censées conseiller le roi et rendre la justice en son nom. (...)
26 septembre 2014       Jean-Pierre Brancourt
La question de l’autorité dans l’interprétation des Écritures
Par essence, la modernité prétend construire des sociétés libres de toute autorité. En religion, cet esprit de révolte se manifeste au XVIe siècle avec le libre examen protestant : personne n’aurait autorité pour expliquer la Bible, Dieu parle sans intermédiaire au croyant à travers les seules (...)
24 mai 2013       Dominicus
Le parlementarisme : voilà l’ennemi
Deux cents ans de Révolution ont réduit les catholiques à l’état de réactionnaires. Chaque nouvelle loi inique les met en campagne pour alerter l’opinion et tenter de faire pression sur le gouvernement. Comme toujours la loi est votée, et la fièvre activiste retombée, ils replongent dans un attentisme (...)
2 novembre 2012       L.Gedeon , Faoudel
La monarchie ou l’harmonie sociale
La philosophe Hannah Arendt remarque bien que « l’autorité implique une obéissance dans laquelle les hommes gardent leur liberté. »(1) Et en effet, dans l’extraordinaire diversité de l’Ancienne France, non seulement le Roi protège les libertés concrètes des corps intermédiaires, mais il est aussi le (...)
8 novembre 2010       Jean-Pierre Brancourt
ou l’obéissance libre
Dans la cité traditionnelle, le bien commun est réalisé par l’obéissance librement consentie au roi légitime, en ce que lui-même est soumis à un ordre supérieur à toute volonté humaine. Avec la modernité, la volonté de l’homme s’affranchit de tout ordre dont elle n’est pas la source ; aucune limite ne vient (...)
11 avril 2010       ISH
Du bon exercice de l’autorité royale
Nul espoir de rétablissement d’une société naturelle et chrétienne sans s’attacher d’abord à restaurer l’autorité. L’autorité impose à qui l’exerce des devoirs, le sacrifice de sa personne et la mission de conduire ceux dont il a la charge à mener une vie bonne ; alors il suscite l’amour. Logiquement le (...)
11 octobre 2009       P.PierreMarie
Du nécessaire amour de l’autorité au salut
Deux hommes sur le point comparaître devant le tribunal divin ― Colbert le grand ministre et saint Jean Eudes le grand apôtre du Sacré Cœur ― s’adressent à Louis XIV, le roi soleil. Quelques paroles riches d’enseignement qui battent en brèche nombre de préjugés contre la monarchie hérités du catholicisme (...)
6 avril 2009       L.Gedeon
Droit divin synonyme de droit légitime
On entend beaucoup de contre-sens au sujet de l’expression monarchie de droit divin, Mgr de SÉGUR précise fort heureusement cette notion finalement très naturelle. Il stigmatise en particulier cette interprétation erronée du droit divin qui consiste à attendre que Dieu en personne (ou un de Ses anges) (...)
29 décembre 2008       MabBlavet

0 | 10


Actus

Ici vous pouvez afficher le titre (avec lien) et le début du texte des articles avec le mot-clé "actus".

Et les actus défilent !

Actus

Ici vous pouvez afficher le titre (avec lien) et le début du texte des articles avec le mot-clé "actus".

Et les actus défilent !
pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce RSS

2008-2018 © Vive le Roy - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.94