Les textes de ce site légitimiste n’engagent pas la personne de Louis XX

Vive le Roy
Unir les peuples de France dans l’amour du Roi

Articles les plus récents



La Révolution de 1830, ou le triomphe du capitalisme contre le bien commun, par Bonald

De l’immoralité du pouvoir libéral

Lors de la révolution de 1830, la haute bourgeoisie et sa prostituée de toujours — la presse —, couronnent l’usurpation d’une famille cadette d’Orléans avide de pouvoir. Bonald présente, avec une rare clairvoyance, les conséquences toujours actuelles de l’argent-roi :

  • Le grand commerce, non contrôlé par l’État, réduit les personnes à l’état de consommateurs. L’argent des actionnaires prime désormais sur la politique et le bonheur des peuples.
  • La grande industrie, non contrôlée par l’État, se nourrit de l’esclavage d’une population miséreuse (le prolétariat) pour produire ce que le consommateur achète. Ainsi importe-t-elle des cohortes d’étrangers, corvéables à merci et jetables, sans se soucier que ces malheureux, sans racines et hétérogènes, constituent une source d’instabilité pour le pays, proies choisies de tous les fanatismes idéologiques ou religieux.

Est-ce donc un hasard si les gouvernement libéraux-socialistes s’acharnent à exterminer la population enracinée des agriculteurs au nom du libre-échangisme ? Les paysans étant les seuls — nous dit Bonald — a être indispensables au Pays, parce qu’ils le nourrissent...

dimanche 24 avril 2016 par ISH


Un chouan du XXe siècle : Jacques PERRET (1901-1992)

écrivain porte-étendard de la tradition catholique et royaliste

Évadé multirécidiviste des camps de prisonniers allemands, Jacques PERRET n’est ni pétainiste, ni gaulliste. Une fois libre, l’écrivain aventurier continue la guerre en chouannant au sein l’Organisation de Résistance de l’Armée (ORA).

dimanche 3 avril 2016 par Faoudel


Origines idéologiques du génocide vendéen, par Gracchus BABEUF (1760-1797)

Chap. IV du livre « Du système de dépopulation ou la vie et les crimes de Carrier »

Babeuf révèle ici avec horreur le caractère programmé du « populicide » de la France par Robespierre. En effet, selon les décemvirs de la Convention, notre pays était trop peuplé pour envisager un partage égal des richesses et réaliser ainsi l’idéologie du Contrat social de Rousseau. Il fallait donc le dépeupler grâce à un système de guerres et de massacres. Le document présente d’autant plus d’intérêt que Babeuf est considéré comme un précurseur du communisme, utopie origine elle aussi, de nombreux génocides.

dimanche 13 mars 2016 par MabBlavet


Discours de Louis Duc d’Anjou

Cérémonie à la mémoire du Roi Louis XVI
Paris Dimanche 24 janvier 2016 Chers Amis, Nous voici réunis pour le 223e anniversaire de l’assassinat du roi Louis XVI au lendemain d’un procès dont le verdict était décidé d’avance. La France traversait alors des jours dramatiques et cette mort du monarque allait, malheureusement, être la première (...)
dimanche 24 janvier 2016 par VLR


Oraison funèbre de Louis XVI, Saint-Denis, jeudi 21 janvier 2016

Tantus labor non sit cassus
Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il. À mesure que l’ancien fatalisme perdait de sa force, on pensa que les grands malheurs ont pour cause le libre choix des individus. Et, certes, à regarder ce que la raison, l’expérience et la Révélation enseignent, là est bien la vérité. (...)
jeudi 21 janvier 2016


Le droit divin selon Monseigneur de SÉGUR (1820-1881)

Droit divin synonyme de droit légitime

On entend beaucoup de contre-sens au sujet de l’expression monarchie de droit divin, Mgr de SÉGUR précise fort heureusement cette notion finalement très naturelle. Il stigmatise en particulier cette interprétation erronée du droit divin qui consiste à attendre que Dieu en personne (ou un de Ses anges) vienne désigner le roi.

mardi 29 décembre 2015 par MabBlavet


Dante, Jean de La Fontaine et Emmanuel Macron : pour le roi

Une société heureuse a besoin de la plus petite personne

À l’école d’un Machiavel ou d’un Hobbes, la modernité proclame l’autonomie de l’homme à l’égard de toute loi dont il n’est pas à l’origine. N’est donc plus reconnue la transcendance de la loi naturelle — cette écologie du comportement humain qui limite le pouvoir et fonde l’autorité dans la préservation du bien commun. Aussi nos sociétés individualistes consacrent-elles le triomphe d’un socialisme bourgeois qui, sous son masque d’émancipateur du genre humain, donne en réalité libre cours à la volonté de puissance des riches et des rusés. Pour faire du monde un grand marché à la mesure de leurs appétits, ils s’attaquent non seulement aux protections naturelles des personnes (destruction de la famille, flexibilité de l’emploi, déracinement, précarisation), mais aux peuples mêmes (désintégration des communautés politiques, des cultures, abrogation des frontières, déplacements de populations programmés). Enfin, pour masquer cette réalité, ils lâchent des cohortes d’infâmes lobbies idéologiques, perfusés de subventions et relayés en boucle par des médias prostitués. Or, parmi tant d’autres, un Dante (1265-1321) ou un La Fontaine (1621-1695) le rappellent : seul un roi peut rendre le peuple heureux et se soucie de donner à chacun la place qui lui est due. Plus étonnant : le ministre Emmanuel Macron — pourtant acteur de ce cancer capitaliste que constitue la mondialisation — reconnaît, lui aussi, qu’il manque à la France la « verticalité » d’un roi dont elle n’a jamais fait le deuil.

vendredi 13 novembre 2015 par Faoudel


Royalistes, AU TRAVAIL !

la cellule d’étude, instrument de reconquête

Quelle action politique pour notre XXIe siècle ? Loin des solutions faciles et artificielles, l’UCLF prône le travail, la persévérance, l’exemple ; bref : l’effort sur soi. En effet, peut-on sérieusement désirer réformer la société ― donc les autres ― sans commencer par se réformer soi-même ? Effort dans l’étude de ce qu’est la monarchie traditionnelle, pour mieux la faire connaître. Effort dans la prise de responsabilités au sein de la Cité, pour donner l’exemple d’une bonne autorité et la faire aimer. Efforts qui sont autant de conditions à la reconquête des esprits et des cœurs.

dimanche 11 octobre 2015 par VLR


Lecture critique la Constitution de 1791

Des Droits de l’Homme à la Terreur

Dès que, par un véritable coup d’État, les États Généraux se sont déclarés Assemblée Nationale représentant la Nation souveraine, ils ont proclamé qu’ils étaient appelés à fixer la Constitution du royaume, à opérer la régénération de l’ordre public et à maintenir les vrais principes de la monarchie. Ils ont juré, au jeu de paume, de rester assemblés jusqu’à ce que la Constitution du Royaume « soit établie et affermie sur des fondements solides ». Dès son origine, l’Assemblée s’impose l’établissement d’un ordre constitutionnel stable comme but de son action révolutionnaire.

lundi 21 septembre 2015 par Jean-Pierre Brancourt


Mobilisation des ecclésiastiques et religieux pour le Roi

Une confrérie prie pour le Roi

« En cette heure tragique de l’histoire humaine » (Pie XII), le premier Ordre du Royaume se doit de montrer l’exemple, éclairant et confortant le peuple chrétien. En effet, infidèle à sa mission et à l’ordre voulu par Dieu, la France s’enfonce toujours davantage dans la décadence, la crise et l’enfer d’une vie sans Dieu. Le Clergé catholique, de par le Sacrement de l’Ordre qu’il a reçu malgré son indignité, a un rôle essentiel à mener dans le plan de restauration de l’ordre divin, de réévangélisation de la France et de l’Occident, en remplissant pleinement son rôle d’intermédiaire, de médiateur entre Dieu et la France, confiée au Fils aîné de Son Église.

mardi 1er septembre 2015 par Saintclerc

Accueil | Contact | Plan du site | |