Les textes de ce site légitimiste n’engagent pas la personne de Louis XX

Vive le Roy
Unir les peuples de France dans l’amour du Roi

Opinion

info dans groupe Politique

info articles lies mot

De même que la déclaration de la volonté générale se fait par la loi, la déclaration du jugement public se fait par la censure. L’opinion publique est l’espèce de loi dont le Censeur est le Ministre, et qu’il ne fait qu’appliquer aux particuliers à l’exemple du Prince.

Jean-Jacques ROUSSEAU, Du contrat social, IV.7 (De la censure).

Il faut les condamner aux galères de l’opinion.

BARRÈRE cité par Joseph de MAISTRE, Discours du citoyen Cherchemot

En Amérique, la majorité trace un cercle formidable autour de la pensée. Au-dedans de ces limites, l’écrivain est libre ; mais malheur à lui s’il ose en sortir. Ce n’est pas qu’il ait à craindre un autodafé, mais il est en butte à des dégoûts de tous genres et à des persécutions de tous les jours. La carrière politique lui est fermée : il a offensé la seule puissance qui ait la faculté de l’ouvrir. On lui refuse tout, jusqu’à la gloire. Avant de publier ses opinions, il croyait avoir des partisans ; il lui semble qu’il n’en a plus, maintenant qu’il s’est découvert à tous ; car ceux qui le blâment s’expriment hautement, et ceux qui pensent comme lui, sans avoir son courage, se taisent et s’éloignent. Il cède, il plie enfin sous l’effort de chaque jour, et rentre dans le silence, comme s’il éprouvait des remords d’avoir dit vrai. Des chaînes et des bourreaux, ce sont là les instruments grossiers qu’employait jadis la tyrannie ; mais de nos jours la civilisation a perfectionné jusqu’au despotisme lui-même […] Les princes avaient pour ainsi dire matérialisé la violence ; les républiques démocratiques de nos jours l’ont rendue tout aussi intellectuelle que la volonté humaine qu’elle veut contraindre. […] le despotisme, pour arriver à l’âme, frappait grossièrement le corps ; et l’âme, échappant à ces coups, s’élevait glorieuse au-dessus de lui ; mais dans les républiques démocratiques, ce n’est point ainsi que procède la tyrannie ; elle laisse le corps et va droit à l’âme. Le maître n’y dit plus : Vous penserez comme moi, ou vous mourrez ; il dit : Vous êtres libres de ne point penser ainsi que moi ; votre vie, vos biens, tout vous reste ; mais de ce jour vous êtes un étranger parmi nous. Vous garderez vos privilèges à la cité, mais ils vous deviendront inutiles.

Alexis de TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, t.1.

Articles

Groupes réducteurs et noyaux dirigeants (1973)

vendredi 1er janvier 2010 par Faoudel

La société (de pensée) et le parti, par Augustin COCHIN

lundi 28 juin 2010 par Faoudel

Le Déclin du courage, par Alexandre SOLJENITSYNE, Harvard (juin 1978)

lundi 23 février 2009 par MabBlavet

Le gouvernement révolutionnaire des sociétés de pensée, par Augustin COCHIN

lundi 30 mars 2009 par Faoudel

Les “ philosophes ” des Lumières d’après Augustin COCHIN (1912)

lundi 27 octobre 2008 par Faoudel

Mécanisme des sociétés de pensée, par Augustin COCHIN

jeudi 26 février 2015 par Faoudel

Mots-clés dans le même groupe

Autres groupes de mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | |